Flux pour
Articles
Commentaires
 

 Introduction détaillée

   Imprévisible, ce qui n'est pas l'effet nécessaire de certaines conditions, c'est-à-dire ce qui n'est pas régi par le principe du déterminisme. Autrement dit, est imprévisible un acte qui, dans une situation donnée, ne peut pas être annoncé à l'avance avec certitude parce qu'il met en jeu une autre causalité que la causalité mécanique. Or n'est-ce pas ce le propre d'un acte libre? Un acte est libre s'il procède de l'initiative d'un sujet, de sa spontanéité, de sa capacité à se déterminer à agir sans autre cause que l'existence de ce pouvoir de se déterminer par lui-même. On appelle libre arbitre cette capacité. En ce sens l'imprévisibilité semble bien essentielle à la liberté.

  Elle l'est aussi si l'on remarque que le sujet qui décide est un sujet temporel. Il se construit dans le temps, il est, comme le montre Bergson, durée, changement, nouveauté. Comment prévoir à un moment donné le choix d'un homme qui ne sera plus tout à fait le même à un autre moment ? Cet argument vaut aussi bien pour l'autre que pour soi-même. (L'analyse approfondie de cette thèse : l'acte libre est un acte imprévisible, sera l'objet de la première partie) 

 

 

 

  

 

  Pour autant (renversement dialectique qui annonce la deuxième partie à savoir l'antithèse : un acte libre n'est pas absolument imprévisible) l'acte qui révèle le libre-arbitre d'un sujet ou procède d'une création imprévisible est-il totalement arbitraire ? L'imprévisibilité, en effet, n'est pas seulement le propre de ce qui est indéterminé. C'est aussi ce qui caractérise les conduites capricieuses, aberrantes, sans motifs ni raisons. Est-ce le cas des actes témoignant de la liberté d'un arbitre ? Descartes soulignait que la vraie liberté n'est pas l'acte d'une volonté hésitante, qui ne sait pas quel parti prendre et qui se détermine dans la pure indifférence. Un tel état de la volonté est, dit-il : « le plus bas degré de la liberté ». Seuls le caprice, des faits de hasard ou des motivations ignorées de l'agent lui-même déterminent alors la volonté comme cela apparaît clairement dans la conduite de Lafcadio dans l'œuvre de Gide : les caves du Vatican. L'acte libre est au contraire, l'expression d'une volonté qui se détermine en connaissance de cause. Dans telle situation, l'entendement me montre quel est le choix le plus intelligent. « D'une grande lumière de l'entendement suit une grande inclination de la volonté ». (Descartes) aussi suis-je d'autant plus libre que je suis moins indifférent. Dès lors, s'il n'y a d'authentique liberté qu'une liberté éclairée par le travail de la raison, la raison de l'autre et la mienne ne peuvent-elles pas anticiper le choix que, dans telles conditions, je ferai raisonnablement ou qu'autrui, sujet raisonnable fera ? 

 

  De même dans les situations qui ne sont pas moralement neutres, être libre c'est se déterminer par la loi de la raison. Or cette loi qui est la loi morale a, selon l'analyse kantienne, la forme de l'universalité. N'est-il pas alors possible de prévoir le choix d'un agent moral ? Ne pouvons-nous pas déterminer à l'avance le principe qui, dans telle situation ne comporte aucune contradiction logique et peut ainsi être universalisé? 

 

  Enfin si l'acte libre est l'acte par lequel un être s'affirme dans l'originalité et la singularité de sa personnalité, si comme l'écrit Bergson « nous sommes libres quand nos actes émanent de notre personnalité entière, quand ils l'expriment, quand ils ont avec elle cette indéfinissable ressemblance qu'on trouve parfois entre l'œuvre et l'artiste » ne peut-on pas avec une certaine probabilité anticiper l'acte libre ? Sans doute est-il imprévisible en tant qu'il est une création mais cette création ne peut pas être totalement étrangère à l'identité personnelle qui inscrit son chiffre en elle. Je peux m'en faire une vague idée si j'ai une certaine familiarité avec l'être concerné, a fortiori si cet être c'est moi-même. 

 

  

 

  L'enjeu de cet énoncé est ainsi de comprendre (dépassement)  qu'un acte libre est bien un acte imprévisible au sens où il procède d'une volonté qui n'est pas mécaniquement déterminée, mais l'indétermination de la volonté ne se conjugue pas avec l'arbitraire de l'irréflexion, de l'immoralité, du caprice ou du choix anonyme et impersonnel. 

 

  

 

 

 

Partager :

Pin It! Share on Google+ Share on LinkedIn

9 Réponses à “Un acte libre est-il un acte imprévisible?”

  1. Clement Bonnerot dit :

    Cette introduction me paraît tout à fait excellente, à l’image de votre site tout entier. En tant qu’élève de Terminale aspirant à des études de philosophie, de sciences politiques et d’économie, ce site me passionne tout à fait et j’y navigue avec délectation. Un grand bravo!

  2. Simone MANON dit :

    Merci pour ce gentil message. Je m’attarde particulièrement au mot « délectation » et je me dis que cette expérience est ce qui unit le plus délicieusement un professeur et ses élèves. Ce fut ma chance, très souvent au cours de ma carrière d’avoir ce bonheur.
    Vous avez dans ce vécu, le signe le plus sûr, que vous avez fait le bon choix pour votre avenir. Tous mes voeux pour cultiver les réjouissances de l’esprit.

  3. Monik Tinguilam dit :

    bonjour j’ai bien aimer votre approche et j’aimerai bien que vous puissiez me donner les noms d’ouvrages dans lesquels vous tirez les citations.
    Et encore merci pour votre site qui est un enchantement autant pour un francais qu’un etranger.

  4. Simone MANON dit :

    Les citations de Descartes sont extraites des Méditations métaphysiques. Vous pouvez vous référer au cours intitulé: « la liberté d’indifférence est-elle une vraie liberté? » dans lequel je donne à lire les textes concernés.
    Celle de Bergson est extraite de l’Essai sur les données immédiates de la conscience.

  5. lauraoza dit :

    Bonjour,
    Merci pour m’avoir un peu mieux éclairé sur le sujet. Je suis en 3eme année de Licence de Philosophie et j’ai une dissertation à faire « L’action libre est-elle celle dans laquelle se reconnaît la personnalité ? », je dois notamment utilisé Bergson dont vous faites mention.
    Je dois faire d’autres recherches mais merci pour cette aide !

  6. Araen dit :

    Bonjour !

    Très bon texte, comme toujours, mais je me pose quand même une question. Si tout ce que vous écrivez ci-dessus n’est qu’une introduction, n’est-ce pas un peu long ? Notamment en examen. Et surtout, n’y a-t-il pas un risque de ne plus avoir grand chose à dire dans le développement ?

    Merci d’avance pour vos éclairements.

  7. Simone MANON dit :

    Vous avez raison de vous poser cette question et vous devez avoir présent à l’esprit que lorsque je ne mets pas en ligne le développement de la dissertation, je dois nécessairement développer un peu l’introduction.
    La concision m’a toujours paru une grande vertu. Cela dit, j’ai remarqué que les jeunes professeurs développent (beaucoup trop à mes yeux) l’introduction et comme je ne voulais pas désavantager mes élèves à l’examen, je leur imposais, ces dernières années, une introduction plus développée. Méthode, vous le voyez bien, les exposant à certaines répétitions dans le corps du devoir.
    Ce qui ne signifie pas, selon votre expression, n’avoir plus rien à dire, car tant qu’une idée n’est pas élaborée théoriquement, déployée dans sa substance, elle reste superficielle ou creuse. La fonction du développement est de procéder aux analyses, approfondissements donnant à l’idée sa densité signifiante.
    NB: Eclaircissement et non « éclairement ».
    Tous mes voeux de réussite à l’examen.

  8. Metivier Laurent dit :

    bonsoir,
    La notion d’imprévisibilité me parait liée non pas uniquement à un phénomène mais à la rencontre d’un phénomène et d ‘un spectateur.
    C’est le spectateur qui prévoit ou non la suite du phénomène (ou le choix d’un individu).
    Le caractère d’imprévisibilité ne renvoie alors qu’à la capacité de ce spectateur de faire des prévisions.
    Dans le jeu de pile ou face le spectateur est incapable de déterminer le résultat de son lancer ce qui ne confère aucun libre arbitre à la pièce dont la trajectoire suit des règles totalement déterminées.
    Un acte imprévisible n’est donc pas forcement libre.

  9. Simone MANON dit :

    Bonjour
    Quel manque de rigueur!
    Personne n’a jamais soutenu qu’un acte imprévisible est un acte libre. Ce qui est insensé pour les phénomènes naturels qu’il est impossible de prévoir en toute certitude.
    La question est d’examiner l’inverse, à savoir si un acte libre est un acte imprévisible.
    Bien à vous.

Laisser un commentaire