Flux pour
Articles
Commentaires

carnaval de rio www.album-photo.net

 

  Il est bon de suspendre parfois le difficile travail d'appropriation des concepts. J'appellerai récréation ces moments de pause. Je désire aujourd'hui présenter un compte rendu d'un petit livre, d'accès très facile, que j'ai trouvé intelligent : La peste et l'orgie. Giuliano Da Empoli. Grasset 2005. 

Constat: L'auteur observe qu'il y a une mise en déroute du rationaliste progressiste dans son analyse du réel, depuis l'explosion des réality shows, des blogs, du populisme, du terrorisme, du retour du religieux etc. Celui-ci ne semble pas comprendre que son rêve d'un monde soumis aux exigences de la raison n'est qu'une illusion. D'où son indigence analytique, celle-ci se manifestant par un surcroît d'indignation.

  La thèse de l'auteur est que la civilisation occidentale avec son pari rationaliste et progressiste rencontre ses limites. Comme l'avait analysé Nietzsche, une grande civilisation est la synthèse réussie d'un fond dionysiaque et d'une mise en forme apollinienne.

  Or nous avons eu tendance à refouler Dionysos, le dieu de l'exubérance vitale, du chaos, du fond obscur et tragique de l'existence. Nous avons cru au progrès, à une finalité de l'histoire, aux vertus d'une raison conquérante et libératrice. La faillite des idéologies, les horreurs du 20° siècle ont sonné le glas de ces vaines espérances.

  A l'opposé des tentations occidentales, dans la version esprit des Lumières, la vitalité dionysiaque est la réalité immémoriale du Brésil : passion sensuelle, histoire abolie dans l'apothéose de l'instant carnavalesque, rire de la transe ou énergie de la danse, existence comme sensation et spectacle, violence et jouissance.

   L'auteur établit que le monde contemporain est en voie de brésilianisation accélérée, entendant par là : « une samba frénétique où un pôle carnavalesque, fait d'expression corporelle et de théâtralité, de grandes célébrations et de métissage, entre en résonance avec un pôle tragique fait de risques et de violences, d'astrologie et d'un fatalisme qui, à son tour, trouve à s'épancher dans le carnaval, contribuant à alimenter une spirale inépuisable oscillant constamment entre l'orgie et le massacre, côtoyant le sublime et l'obscène jusqu'à les fondre dans un rythme unique et incessant ».

  La réflexion de Giuliano da Empoli consiste donc à pointer les différentes caractéristiques de ce qu'il appelle la brésilianisation.

  Je relève celles qui me paraissent les plus emblématiques du phénomène :  

 

  La démocratisation de l'orgie.

 

   Le goût des plaisirs et, en particulier, des plaisirs interdits n'est pas une nouveauté. Il est aussi vieux que la nature humaine puisque les pulsions instinctives appartiennent à notre condition, d'une manière bien plus évidente que les tendances spirituelles ou morales. La nouveauté tient seulement au fait que les plaisirs, autrefois réservés à une élite, intellectuelle ou autre et soigneusement dissimulés aux yeux du profane sont désormais le lot de masses de plus en plus nombreuses. En témoigne le fait que la pornographie comme genre a disparu ; elle s'est diluée dans une culture de masse communément acceptée. Au début des années 90 on a ainsi assisté à la grande fusion entre éthique bourgeoise et culture bohème. La contre culture s'est réconciliée avec les impératifs de l'entreprise (création d'entreprises de design, de publicité permettant de gagner de l'argent tout en se prévalant d'un esprit rebelle). La culture officielle s'est mise à recycler commercialement les éléments dadas, nihilistes, underground de mouvances jusqu'alors marginales et ennemies du monde capitaliste. Au fond, s'est opérée l'institutionnalisation de la subversion. Ce qui était contestation est devenu le propre du monde branché, le bourgeois bohème, la quintessence de la civilisation occidentale avec son culte des plaisirs, en particulier celui de la table, son culte du corps et son goût de l'ivresse collective (les grandes messes sportives, artistiques, politiques). La télévision est évidemment l'instrument par excellence de cette atmosphère où l'émotion l'emporte sur la raison. Elle permet la propagation rapide de véritables épidémies thématiques.  « La lecture est un acte éminemment individuel, presque antisocial. Les mass média créent au contraire, une atmosphère complètement différente, fusionnelle, favorable à la naissance de nouvelles dispositions sociales  dominées par de nouvelles élites ».

 

 La nouvelle superclasse.

 

       Traditionnellement la caractéristique d'une élite est de se poser en modèle de bonne société offert à l'admiration des contemporains. La forme la plus patente d'admiration est l'imitation ou en termes consacrés, depuis les analyses de René Girard, le mimétisme. Traditionnellement encore, ce qu'on appelait élite incarnait des idéaux, des valeurs imposant un contrôle de soi, une sublimation des tendances primaires ou vulgaires. L'auteur utilise la division freudienne du psychisme entre ça, moi et surmoi, pour dire que les élites traditionnelles étaient des élites surmoïques, à l'intérieur desquelles le Moi tend à s'identifier au surmoi et à réprimer le ça. Désormais les nouvelles élites sont issues du show business. La valeur dominante est de parvenir à attirer l'attention du public. A l'inverse des anciennes élites dont la réussite était proportionnelle aux capacités de travail, d'auto contrôle et de dissimulation, les qualités inverses sont requises pour faire partie de l'élite actuelle: se laisser aller plutôt que se retenir, donner libre cours aux pulsions instinctives. J Hallyday n'est jamais aussi populaire que lorsqu'il casse les chaises. Zidane que lorsqu'il pratique le coup de boule, l'intellectuel si spirituel que, lorsqu'avec Catherine Millet, il décrit sa vie sexuelle etc. Il s'agit d'être célèbre or une vie de star est une vie où l'on peut tout se permettre, où l'argent est roi, où il ne s'agit que de briller, fût-ce l'espace d'un instant. D'où l'idéal de l'homme contemporain : passer à la télévision, ne serait-ce que quelques instants.

 

 L'éloge du métissage et de la culture populaire.

 

   Les élites traditionnelles brésiliennes se caractérisaient par un sentiment de honte à l'endroit du métissage de leur société. Cette honte les portait à imiter les modèles européens et à produire un art sans vitalité et originalité. Le renouveau est venu d'une exaltation de l'identité brésilienne désormais fière de ce qu'elle est : exubérante, populaire, métissée. D'où un double mouvement : à l'horizontale, une tendance à combiner cultures, traditions, et matériaux provenant d'origines différentes, à la verticale, une tendance chez les élites culturelles à puiser dans ce vivier les sources de leur créativité. On peut dire que la vogue de « l'ethniquement ambigu », du mélange des races et des cultures, de la contestation des hiérarchies et du «  tout est culture » s'est exportée dans le monde entier. Nous vivons l'ère du syncrétisme dans  tous les domaines : religieux, artistique, politique, philosophique etc.

 

 Le carnaval, contrepartie du sens du tragique, l'orgie contrepartie de la peste.

 

   Aux antipodes de l'optimisme historique des Lumières, nous avons renoué avec le sentiment du primat du destin sur la volonté humaine. L'irrationnel fait la nique à la rationalité, la violence urbaine, les inégalités résistent à nos efforts pour les juguler. La volonté humaine n'est pas toute puissante. Nous redécouvrons la vérité tragique du réel et l'orgie, l'exaltation de l'instant, le carnaval deviennent, comme aux époques des grandes pestes, une manière de domestiquer la peur et de consentir au fatum.

 

    Le livre s'achève sur une condamnation sévère du discours de l'intellectuel progressiste, (de gauche comme il se doit).

  Il est accusé d'être paradoxalement trop prompt à condamner la dimension dionysiaque de l'époque, celle qui offre pourtant des possibilités de liberté inédites, à condition de mieux la maîtriser alors qu'il est fort complaisant à l'égard de la dimension tragique de notre monde. Comme hier à l'égard de l'horreur totalitaire communiste, il témoigne d'un aveuglement  criminel à l'endroit des vraies menaces, celle en particulier du fascisme islamique parce que la haine de soi qui le caractérise (haine de l'Occident, libéral, capitaliste) transforme en victimes ce qu'il faudrait condamner sans concession. « Sa censure indignée s'abat implacablement sur toutes les formes d'effervescence. Hédonisme et consommation de masse, soin du corps, exhibitionnisme télévisuel et culte de la célébrité, nouvelles croyances et spiritualité à usage personnel : toutes ces formes suscitent la réprobation de l'intellectuel progressiste. En revanche il réserve son indulgence aux phénomènes qui peuplent les cauchemars des Occidentaux : en premier lieu le terrorisme international et la criminalité urbaine ». L'auteur voit dans cette attitude, la raison de la mise hors jeu de l'intellectuel dans le présent. La gauche européenne retrouvera du crédit lorsqu'elle sera plus en harmonie avec la brésilianisation propre à la société, ce qui semble être l'art maîtrisé par celui que le progressiste appelle trop rapidement le populiste.

  Da Empoli porte au crédit de la brésilianisation l'avantage d'être le meilleur rempart contre le totalitarisme et non comme le prétend l'intellectuel progressiste une des ses expressions molles.

  «  Quand il s'élève contre les manifestations du carnaval de masse, le progressiste oublie cette simple leçon : tout ce qui renforce l'attachement des individus à la vie, dans sa simple manifestation quotidienne, diminue les chances de succès d'idéologies totalitaires qui demandent, pour une raison ou pour une autre, de sacrifier le présent pour bâtir un avenir radieux ».

 

Partager :

Pin It! Share on Google+ Share on LinkedIn

2 Réponses à “La brésilianisation du monde”

  1. de KERMEL Elise dit :

    Voici un lien vers un site qui pourrait vous être utile pour votre cours sur le marquage du corp humain. Vous y trouverez des explications sur ses pratiques et un cliquant sur les photos vous accederez à des articles de presses et a des photos .

    http://blacksunstudio.com/archives/_eng/06_press/html/lapresse.htm

    Elise

  2. Arnaud dit :

    Sur le carnaval, je me permets de conseiller à ceux que le sujet intéresse le livre désormais classique de Mikhaïl Bakhtine, qui permet de se débarrasser de quelques préjugés sur le moyen-âge et sur la Renaissance :
    – L’œuvre de François Rabelais et la culture populaire au Moyen Âge et sous la Renaissance, 1965.
    Il y a me semble-t-il un creuset de problèmes autour de la notion de carnaval, philosophiquement extrêmement féconde, notamment si on la rattache à l’idée de parodie et à la dynamique des genres littéraires, voire au devenir des arts en général. On peut ainsi partir de Bakhtine, passer par l’esthétique de Hegel (notamment deuxième partie, section III, chapitre III, « dissolution de l’art romantique »), et s’intéresser à l’anthropologie philosophique. Les philosophies de l’histoire ont toujours quelque chose de grandiose et passionnant (songeons à Heidegger).
    La notion de parodie mériterait une attention philosophique particulière en apportant au surplus davantage de matière littéraire et artistique dans le champ de la méditation philosophique. Parmi les ouvrages classiques sur le sujet:

    – Cahiers du XXe siècle, n°6, 1976, « La parodie », notamment l’article de Claude Abastado, « situation de la parodie »
    – Sangsue Daniel, La parodie, Hachette, 2006 (histoire des théories de la parodie, par le spécialiste français du sujet, qui rend compte notamment des thèses de Hanoosh, Hutcheon et Rose) ; « Parodie » in Encyclopedia universalis
    – Genette Gérard, Palimpsestes, Seuil, 1982
    – Hanoosh Michele, Parody and Decadence, Colombus, 1989
    – Hutcheon, Linda, A Theory of Parody, NY et Londres, 1985
    – Rose, Margaret, Parody/Metafiction, 1979, Londres ; Parody : Ancient, Modern and Post-modern, Cambridge, 1993

Laisser un commentaire