Flux pour
Articles
Commentaires
 
 
 
 

NB : Le libellé de cette épreuve est le suivant : Expliquez ce texte.

  Une note donne la précision suivante : La connaissance de l'auteur n'est pas requise. Il faut et il suffit que l'explication rende compte par la compréhension précise du texte du problème dont il est question.

 

  Il s'agit d'un exercice très formateur car il convient de se mettre à l'écoute de la pensée d'un grand maître afin de s'élever à son niveau de réflexion. S'il est vrai que l'on  ne peut pas prendre possession de son propre pouvoir de penser sans la médiation des penseurs, on comprend les vertus pédagogiques de l'explication de texte.

 

 

Les qualités requises sont les suivantes :

 

Humilité. Alors que dans la dissertation la pensée se déploie selon son propre effort réflexif, dans cet exercice elle doit être scrupuleusement fidèle au propos de l'auteur. Ce n'est pas ce que l'on pense sur le thème du texte qui importe, c'est ce que l'auteur en dit. Reste que pour comprendre sa pensée il faut faire un authentique effort de penser. A défaut, on court le risque de procéder à une lecture superficielle, inapte, par définition, à restituer la substance d'un propos philosophique.

   Une lecture approfondie ne signifie pas une lecture servile pas plus que l'humilité n'est la  dévotion. Expliquer c'est expliciter le sens des énoncés du texte mais si la thèse de l'auteur est problématique cela doit apparaître dans l'effort même de la comprendre. L'objection critique s'impose alors. L'exercice explicatif est aussi critique. Cela tient au fait que penser consiste toujours à identifier des significations précises et à examiner si elles sont justifiables en raison.

    Il va de soi que si l'on procède à la critique d'une thèse, il faut l'étayer par des analyses rigoureuses. Au début de l'année, un élève n'a pas encore, sauf exception, les connaissances nécessaires à cet exercice. A la fin de l'année c'est plus accessible. Il faut donc penser par soi-même et pointer ce qui apparaît problématique dans ce que dit l'auteur. Si on est davantage sensible à la pertinence de son propos, il convient de se contenter de l'expliquer avec profondeur. Il vaut mieux une bonne explication sans critique qu'une critique non fondée.

Rigueur. Un texte développe une thèse, celle-ci porte sur un thème à propos duquel un ou plusieurs  problèmes ont été posés, explicitement ou implicitement. La thèse de l'auteur est la manière dont il élucide le ou les problèmes. Ceux-ci sont à formuler par son propre effort. La thèse s'expose dans des concepts (il faut les repérer précisément) dans une certaine organisation de ces concepts (il faut dégager cette organisation) c'est-à-dire dans une argumentation (il faut saisir la démarche organique du texte, sa progression, son enchaînement logique, d'où l'importance de l'attention aux connecteurs logiques).

 

  On commence à comprendre un texte lorsque l'on a identifié son thème, sa thèse et la problématique qu'elle élucide. Il devient alors possible de rédiger l'introduction. Celle-ci amène le texte c'est-à-dire énonce son thème et le ou les problèmes dont il est l'objet. Elle suggère les grandes lignes de la thèse et peut déjà, si cela s'impose la problématiser.

 

 Prudence : Les grands auteurs ont souvent l'intelligence d'anticiper les objections auxquelles s'exposent leurs thèses. Ils ont pris soin de les formuler dans des termes précis, avec des nuances qui doivent attirer l'attention. Si l'on n'y est pas attentif, on se condamne à faire dire à l'auteur ce qu'il ne dit pas. Comme on en a fait un imbécile, la critique est aisée mais elle n'a aucune pertinence. L'honnêteté intellectuelle exige, au contraire,  pour qu'une objection critique soit fondée que la thèse de l'auteur soit restituée dans ce qu'elle a de plus fort ou de plus sérieux théoriquement. Hegel disait que « ce qui n'est pas justifié n'est pas encore compris ». Il faut se souvenir de cette profonde vérité.

 Le développement  du devoir suit d'ordinaire le plan de l'argumentation construite par l'auteur. Mais tous les textes ne sont pas construits selon ce schéma. L'auteur peut procéder par digression, reprise d'un même argument en différents endroits du texte. Dans ce cas l'explication linéaire est exclue. Cela conduirait à des répétitions. L'exercice est en un sens plus difficile car il convient de dégager l'ordre des arguments et les raisons de cet ordre, (en l'occurrence de ce qui peut  apparaître comme un désordre mais ce n'est là qu'une apparence. En réalité on peut avoir affaire à une réflexion qui ne comporte qu'un seul argument mais approfondi de telle sorte que l'auteur juxtapose les perspectives propres à en vérifier la pertinence).

    La plupart des textes proposés sont des textes de la première catégorie.

    La conclusion se prononce sur la nature de la solution proposée par l'auteur au problème posé dans l'introduction. Selon les textes on peut en souligner la force ou au contraire la faiblesse. Dans ce cas la partie critique a nécessairement été très importante dans le développement.

 

 

  Pièges à éviter :

 

   Détacher un fragment du texte sur lequel on focalise l'explication. On escamote ainsi le déploiement de la pensée de l'auteur. On s'expose à l'appauvrir ou à le trahir. La règle d'or s'énonce ainsi : expliquer le texte, tout le texte mais rien que le texte.

  Oublier le texte en le faisant fonctionner comme prétexte à dissertation. Défaut majeur car dans cette épreuve le texte doit être obsessionnellement présent. A la limite un lecteur qui n'aurait pas lu le texte devrait pouvoir le reconstruire au terme de la lecture de l'explication.

  Eviter absolument la paraphrase. On ne demande pas de dire autrement (nécessairement moins bien) ce que l'auteur dit. Paraphraser c'est rédiger « une phrase à coté » de celle de l'auteur. C'est absolument sans intérêt. On doit faire apparaître la substance de son propos, expliciter l'implicite. Ce n'est pas parce qu'on répète avec d'autres mots une signification que l'on s'en assure la maîtrise théorique. La paraphrase est verbeuse, confuse, passive. L'explication est active, inventive, soucieuse de restituer la richesse du sens, sa profondeur, sa pertinence. Cet effort exige l'analyse méthodique des concepts car le signifié n'existe pas hors des signifiants qui le visent. Nous pensons dans des mots. Seule l'attention scrupuleuse aux mots que l'auteur emploie peut renseigner sur sa pensée.

  L'échec d'une explication consiste à se rendre coupable de faux sens, de contre sens, de non sens. Ce piège est, sans exception, la rançon d'une absence d'attention à la littéralité du texte et d'une absence de réflexion. Il dépend donc, en grande partie, de soi de l'éviter. 

 

 

Partager :

Pin It! Share on Google+ Share on LinkedIn

59 Réponses à “La méthode de l’explication de texte.”

  1. Zoé !! dit :

    Bonjour ! Je suis en terminale et j’aurais aimé savoir si la problèmatique du commentaire de texte est obligatoirement courte ou en une seule phrase (ou question) ou si on peut écrire un peu plus qu’une seule phrase ? Merci d’avance
    Votre site est très bien, merci beaucoup car cela aide beaucoup les élèves qui pourraient avoir des difficultés dans la méthodologie…

  2. Simone MANON dit :

    Une question n’est pas une problématique. On entend par problématique un ensemble de problèmes (ce qui suppose qu’on en formule les données) articulés de manière cohérente et spécifiant une question.
    Un auteur peut affronter une ou plusieurs questions dans un texte. Tout dépend des textes. L’important est que vous parveniez à la ou à les repérer. Il y a beaucoup d’explications de textes sur ce blog. Voyez sur un exemple comment est construite l’introduction.

  3. Zoé !! dit :

    Merci beaucoup pour votre réponse! Je comprend mieux à présent ce que je dois faire!

  4. Lucille dit :

    Bonjour!
    J’ai un commentaire de texte à faire sur un texte de Rousseau. Je ne sais pas vraiment par quoi commencer…
    J’ai déjà dégagé différentes articulations dans mon texte: une premiere partie explique la rivalité naturelle qui oppose les hommes, une seconde la nécessité de la vie en communauté(ou collectivité?il y a une différence?) pour l’homme et la derniere partie est une conclusion elle récapitule les 2 idées du début et forme une conséquence pour le moins déroutante puisque le texte se termine sur l’aporie suivante « …nos besoins nous rapprochent à mesure que nos passions nous divisent et plus nous devenons ennemis moins nous pouvons nous passer les uns des autres. »
    En dehord du fait que je vois pas comment sortir de ce paradoxe et si je dois en sortir pour mon explication, j’aimerai que vous m’éclairiez sur la marche à suivre pour expliquer un texte philosophique car je saisce que doit comporter l’explication mais une fois devant le texte je ne sais pas par où commencer.
    Merci d’avance pour vos lumières!

  5. Simone MANON dit :

    Vous avez une méthode vous disant très explicitement que dans votre introduction vous devez énoncer:
    le thème du texte
    les questions que l’auteur affronte
    et la ou les thèses qu’il formule, c’est-à-dire la manière dont il élucide sa problématique.
    Vous avez un très grand nombre d’exemples d’application de cette méthode sur ce blog. Ayez la curiosité de vous y reporter. Par exemple voyez l’explication du texte de Rousseau portant sur la perfectibilité

  6. Lucille dit :

    J’entendais par « par où commencer » j’entendais la manière dont « il faut » procéder pour aborder un texte: après avoir distingué les différentes parties du texte, les concepts à obligatoirement expliquer etc … que faire?rédiger quelque chose tout de suite me parait un peu osé en sachant que je ne pense pas avoir tout compris du texte dès cette étape.
    A propos du paradoxe évoqué par Rousseau pensez vous qu’il faille simplement expliquer ce paradoxe et évoquer ses conséquences ? ou alors faut-il trouver une solution alternative à Rousseau ?

  7. Simone MANON dit :

    L’enjeu de l’exercice consiste à expliciter avec soin les significations et s’il y a lieu à problématiser le propos de l’auteur. Ce qui vaut pour la dernière phrase comme pour la première.
    On n’a pas encore compris tant que l’on n’a pas justifié. Appliquez vous essentiellement à montrer la pertinence et la profondeur de ce que dit Rousseau dans ce texte.
    Bon travail.

  8. Avitsara dit :

    Bonjour !
    J’aimerais vous demander comment faire pour éviter la paraphrase dans un commentaire de texte ? Et aussi est-ce que c’est possible de faire un commentaire avec peu de connaissances philosophiques ?

  9. Simone MANON dit :

    Expliciter les significations d’un texte ne requiert qu’un peu de méthode et la connaissance de la langue dans laquelle il est écrit. Il faut être attentif à la littéralité du propos de l’auteur et avoir le souci de s’approprier le sens de ce qu’il dit. Ce n’est pas parce que je dis autrement, moins bien ce qu’il dit ( la paraphrase) que je prends possession de la signification.
    Si l’on a des connaissances philosophiques on a une lecture plus avertie mais celles-ci ne sont pas absolument nécessaires pour déchiffrer le sens d’un texte.
    Voyez sur des exemples, nombreux sur ce blog, l’application de la méthode.

  10. Johanna dit :

    Bonjour, je suis en terminal, mon professeur m’a expliquer la methode pour faire l’introduction, mais je n’arrive pas a faire le plan. Je travail actuellement sur « Discours de la Methode » (Partie VI) de Descartes. Pouriez vous m’aider pour trouver comment rediger le plan s’il vous plait.
    Merci d’avance

  11. Simone MANON dit :

    Je n’interviens pas dans le travail des élèves.
    La méthode précise qu’il suffit souvent d’expliciter les arguments de l’auteur pour construire le développement.
    Regardez dans lecture suivie, l’explication du Discours de la méthode. Peut-être cela vous aidera-t-il.

  12. barbara dit :

    Bonsoir ,

    J’aimerai savoir s’il est possible lors d’une explication de texte de mettre en avant certaines possibles contradictions de la part de l’auteur ou certaines impasses, pour expliciter sa reflexion?

    Merci

  13. Simone MANON dit :

    Bien sûr. C’est la partie critique de l’exercice. Néanmoins il faut avoir présent à l’esprit que les grands auteurs ne se rendent guère coupables de contradictions et que celles que voient les élèves sont surtout imputables à leur propre incompréhension. Prudence donc ou plutôt modestie.

  14. veronique Jansen dit :

    Bonjour

    J’ai 50 ans et je suis des cours de philosophie antique à Caen: c’est un loisir.
    Des travaux écrits sont exigés et on nous demande de dégager l’intérêt philosophique d’un extrait de Phédon selon une étude ordonnée: quelle différence faut-il faire entre une lecture suivie et une étude ordonnée?
    Merci.
    Véronique Jansen

  15. Simone MANON dit :

    Fondamentalement il n’y en a pas puisqu’une lecture suivie implique une étude ordonnée.
    Vous devez expliciter le thème du texte, sa problématique (l’ensemble des questions que l’auteur s’est explicitement ou implicitement posé) et la manière dont il les élucide; ce que l’on appelle sa thèse.
    J’ai remarqué que dans le développement, si l’on propose aux élèves de procéder par question, thèse, question, thèse etc. (voir l’exemple sur le texte de Rousseau: la route du bonheur ou Descartes: changer ses désirs plutôt que l’ordre du monde), la démarche est très efficace.
    Bon courage.

  16. Lina dit :

    Bonjour. Je passe demain un bac blanc de philo et j’aimerai savoir si vous avez quelques conseils généraux à me donner sur le développement de l’explication de texte (comment rédiger la problématique avec laquelle j’ai un peu de mal).

  17. Simone MANON dit :

    Je n’ai pas d’autres conseils que ceux qui sont précisés dans cette méthode et appliqués dans de multiples exercices.
    Vous devez formuler l’ensemble des questions que l’auteur s’est explicitement ou implicitement posé et qu’il élucide d’une certaine manière dans sa thèse.
    Une fois le thème, la problématique et la thèse annoncés dans l’introduction, vous devez procéder à l’explication détaillée de chacune des propositions du texte.
    Bon courage.

  18. isoline dit :

    Bonjour!

    J’aimerais savoir si la thèse peut être implicite et non explicite? Certaines méthodes expliquent que la thèse de l’auteur est au début ou à la fin du texte et qu’elle est souvent suivie par un mot de liaison, mais est-il possible que l’auteur fasse une courte introduction qui ne soit pas sa thèse?

    Auriez-vous des conseils pour trouver des limites à texte avec lequel on est d’accord?

    Merci

  19. Simone MANON dit :

    Oui la thèse peut être implicite. Dans ce cas seule l’attention scrupuleuse à la lettre du texte peut vous permettre de la comprendre. Souvenez-vous que chaque texte a sa singularité et qu’à chaque fois vous devez, non pas appliquer aveuglément une règle abstraite, mais faire preuve d’intelligence.
    Toute thèse, même la plus solide, impliquant des présupposés, il est possible de la discuter en montrant qu’on peut en avoir d’autres.

  20. TriichOuXx dit :

    Bonjour, après avoir lu votre article portant sur la méthodologie de l’explication de texte, j’ai tenté d’introduire mon devoir sur un extrait de Pensées, de Pascal. Je ne vous cache pas que je suis tout de même un peu perdu en ce qui concerne l’ordre de la mise en place de la thèse, de la question et du thème. Je sais que vous n’intervenez pas dans le travail des élèves, mais je souhaiterai juste que vous me donniez, si possible, quelques conseils, puis, « qui ne tente rien n’a rien » 😉 . (je me suis un peu servie de certains de vos articles pour m’aider ^^)
    Voici mon intro :
    « L’intelligence se définie par la faculté d’établir des rapports, de comprendre, de résoudre des problèmes, d’adapter des moyens à des fins. Allant de pair avec l’imagination, elle s’oppose ainsi à tous ce qui touche à l’automatisme, à l’habitude, à la totalité, ou partie héréditaire et innée des comportements, donc à l’instinct. Et c’est en comparant les différents mode de vie d’un animal, ici en loccurence une abeille, à ceux des hommes que Pascal, dans cet extrait de Pensées, tente de mettre en évidence la différence entre l’instinct et l’intelligence. Est-ce que le comportement de tous les êtres vivants est d’hors et déjà inscrit, génétiquement, en eux, ou bien ont-ils, pour la plupart, la possibilité de s’instruire progressivement ? Pascal répond à cette question en expliquant que tous les animaux agissent instinctivement tandis que les hommes ont recours à leur intelligence due à leur instructions sans fins. Cependant, n’est il pas pour autant possible que l’homme ai, parfois, recours à son instinct ? Et si se serait le cas, est-il similaire à celui des animaux ou de tout autre nature ?.  »
    Voila.

  21. Simone MANON dit :

    D’abord, il faudrait indiquer le fragment précis que vous avez à analyser. C’est sans doute « instinct-intelligence marque de deux natures ».
    Ensuite je n’interviens pas directement dans le travail des élèves. Je vous précise seulement que vous devez être attentif à la lettre du propos pascalien et l’analyser méthodiquement.

  22. TriichOuXx dit :

    très bien, merci beaucoup et bonne continuation =)

  23. Raf dit :

    Bonsoir Madame,
    J’aurai un conseil à vous demander, en tant que correctrice des épreuves du bac. D’après vous, est-il plus « payant » de prendre le commentaire ou la dissertation ? Je sais bien qu’il faut prendre l’exercice que l’on maîtrise le mieux, mais j’aimerais savoir ce que généralement les professeurs notent plus généreusement …

    Merci

  24. Simone MANON dit :

    Vous avez l’intelligence, Raf, des limites de votre question. Nul professeur sérieux ne pourra lui donner une réponse péremptoire car la réussite des exercices dépend de nombreux facteurs (non seulement de la maîtrise des règles de la méthode mais aussi de la richesse des contenus de pensée) et selon les années c’est l’un ou l’autre des trois sujets qui a la meilleure moyenne.
    Il vous faudra choisir le sujet pour lequel vous vous sentez le mieux préparée et cela dépendra en grande partie des énoncés. Il se peut que vous soyez davantage familiarisée avec le thème du texte qu’avec ceux des dissertations, il se peut que les problématiques engagées par les sujets de dissertation vous demeurent obscures, que sais-je?
    Il faut choisir de manière réfléchie, le moment venu, l’exercice qui vous permettra de donner le mieux votre mesure.
    Avec tous mes voeux de réussite.

  25. Laet' dit :

    Bonsoir !

    Je suis en Terminal L et le bac approche à vitesse grand V !
    Mais voilà, moi j’ai quelques soucis concernant l’explication de texte, j’ai toujours 7 ou 8 mais jamais plus, c’est pour cela que je viens demander de l’aide.
    Je vais donc vous poser quelques questions;

    Dans mon explication de texte je me contente d’expliquer tout ce que raconte l’auteur, avec mes propres mots, cependant faut il développer ( en introduction ou autre) la pensée de l’auteur, sa position ?
    – j’ai toujours du mal à mettre en relation ce que je vois vois en cour, c’est à dire les notions .. et ce que dit l’auteur dans le texte ..

    Et enfin qu’elle est la chose à faire à tout les coup si j’puis dire, qui pourrais faire la différence avec une autre copie. Ce qui plairait au correcteur, ce qui lui éviterait de s’endormir par exemple ..
    ( Je tiens à préciser que la philosophie, malgrès son fort coefficient, est LE point noire pour moi dans cette filière que j’affectionne ^^ )

    Merci d’avance pour votre réponse !
    Laetitia

  26. Simone MANON dit :

    La méthode est explicitée dans cet article. Je ne vois pas l’intérêt de la répéter.
    Vous avez par ailleurs de multiples exemples d’explication sur ce blog où sont mises en pratique les règles. Il n’y a rien de mieux pour se les approprier.
    Il ne suffit jamais de faire de la paraphrase, l’enjeu de l’exercice consistant à expliciter avec rigueur le sens de chacune des propositions du texte en dégageant sa cohérence, en l’approfondissant et en pointant s’il y a lieu les problèmes qu’il pose.
    Par ailleurs, il convient de soigner l’expression qui, si je prends acte du nombre de fautes de votre message, est une urgence pour vous.
    Bon courage.

  27. FRANCINE LALA dit :

    Bonjour j’aimerai savoir, s’il ya une partie critique dans l’explication de texte.
    merci d’avance

  28. Simone MANON dit :

    Bonsoir
    Il me semble que les règles formulées répondent à votre question. Je me permets de reproduire le passage concerné:
    « Une lecture approfondie ne signifie pas une lecture servile pas plus que l’humilité n’est la dévotion. Expliquer c’est expliciter le sens des énoncés du texte mais si la thèse de l’auteur est problématique cela doit apparaître dans l’effort même de la comprendre. L’objection critique s’impose alors. L’exercice explicatif est aussi critique. Cela tient au fait que penser consiste toujours à identifier des significations précises et à examiner si elles sont justifiables en raison.
    Il va de soi que si l’on procède à la critique d’une thèse, il faut l’étayer par des analyses rigoureuses. Au début de l’année, un élève n’a pas encore, sauf exception, les connaissances nécessaires à cet exercice. A la fin de l’année c’est plus accessible. Il faut donc penser par soi-même et pointer ce qui apparaît problématique dans ce que dit l’auteur. Si on est davantage sensible à la pertinence de son propos, il convient de se contenter de l’expliquer avec profondeur. Il vaut mieux une bonne explication sans critique qu’une critique non fondée. »
    Oui l’explication implique une partie critique car toute affirmation repose sur des présupposés qu’il est possible de discuter mais il convient d’abord de bien comprendre la thèse de l’auteur et ses justifications, afin de ne pas lui adresser des objections à tort et à travers.
    Prudence donc.

  29. Justine dit :

    Bonsoir Madame Manon.
    Me trouvant actuellement en Terminal L, mon professeur de philosophie à décidé de commencer par nous apprendre la méthode de l’explication de texte. Seulement je n’ai pas très bien compris un point essentiel. Je ne parvient pas à trouver et même comprendre ce qu’est l’intérêt philosophique et comment le formuler ce qui est assez handicapant. C’est pourquoi je ne sais ou le placer, est-ce lors de l’introduction? De plus, faut-il dans son plan avoir dans chaque grande parties des sous parties ( I-a, I-b, II-a, II-b …). Cette méthode est, en plus d’être une notion totalement nouvelle, très confuse. Votre article m’a beaucoup aidé. Je vous remercie d’avance de prendre le temps de me répondre, et je vous remercie également de mettre ce blog à disposition des élèves ( perdu ou non comme moi).
    Cordialement.

  30. Simone MANON dit :

    Je crois, Justine, que vous comprendrez peu à peu, ce que l’on entend par « l’intérêt philosophique ».
    Commencez par expliciter le thème d’un texte, les problèmes que l’auteur se pose et la manière dont il répond aux questions implicites ou explicites qu’il s’est posé. En faisant ce travail, vous saisirez les enjeux philosophiques de son propos.
    L’objet de l’introduction est de procéder à cette explicitation. Il y a beaucoup d’explications de texte sur ce blog. Voyez sur quelques exemples l’application qui est faite de la règle de l’introduction.
    Le développement a pour objectif d’analyser littéralement les propositions du texte. La plupart du temps, vous n’avez qu’à en suivre méthodiquement le mouvement. Voyez aussi comment on procède sur un exemple.
    Bon courage.

  31. Marie dit :

    Bonsoir,
    je suis en terminal L et ai une explication de texte à rendre courant de la semaine. J’ai déjà rédigé l’intro et l’explication de texte mais je n’arrive pas à rédiger la réflexion critique c’est à dire la seconde partie du devoir. Je crois en fait que j’ai allié les deux dans mon explication de texte car même en tenant compte de la méthodologie fournis en classe je n’arrive pas à mettre de l’ordre dans mes idées. La thèse de l’auteur n’est pas réfutable mais je ne me sens pas capable de l’étoffer pour autant.
    J’espère que vous pourrez m’apporter une solution et merci d’avance !

  32. Simone MANON dit :

    Je ne peux guère vous être utile Marie pour plusieurs raisons.
    D’abord je ne sais pas sur quel texte vous travaillez, ensuite j’ai toujours interdit à mes élèves la méthode que vous suivez. (à savoir une première partie explicative, une deuxième critique).
    Le plan du devoir doit être celui du texte dont on déploie les significations méthodiquement, au besoin en formulant des remarque critiques.
    Bon courage.

  33. Mallaury dit :

    Bonjour, je suis entrain de faire une explication de texte et je voudrai savoir si dans la partie critique on peut mettre « Je » ?

  34. Simone MANON dit :

    Bonjour
    D’ordinaire on évite le je dans un travail de philosophie. Même quand on énonce un jugement personnel on peut le formuler en utilisant le « on » (par exemple: on peut penser, on peut dire).
    En tout cas il n’y a pas plus de raison de l’utiliser dans une partie que dans les autres.
    Bon courage.

  35. Astrid dit :

    Voilà le texte de Rousseau dont j’ai à faire l’explication
    de texte :

     » Le goût est naturel à tous les hommes, mais ils ne l’ont
    pas tous en même mesure, il ne se développe pas dans tous au
    même degré, et, dans tous, il est sujet à s’altérer par
    diverses causes. La mesure du goût qu’on peut avoir dépend
    de la sensibilité qu’on a reçue ; sa culture et sa forme
    dépendent des sociétés où l’on a vécu. Premièrement, il faut
    vivre dans des sociétés nombreuses pour faire beaucoup de
    comparaisons. Secondement, il faut des sociétés d’amusement
    et d’oisiveté ; car, dans celles d’affaires, on a pour règle
    non le plaisir, mais l’intérêt. En troisième lieu, il faut
    des sociétés où l’inégalité ne soit pas trop grande, où la
    tyrannie de l’opinion soit modérée, et où règne la volupté
    plus que la vanité ; car, dans le cas contraire, la mode
    étouffe le goût ; et l’on ne cherche plus ce qui plaît, mais
    ce qui distingue.
    Dans ce dernier cas, il n’est plus vrai que le bon goût est
    celui du plus grand nombre. Pourquoi cela ? Parce que
    l’objet change. Alors la multitude n’a plus de jugement à
    elle, elle ne juge plus que d’après ceux qu’elle croit plus
    éclairés qu’elle; elle approuve, non ce qui es bien, mais ce
    qu’ils ont approuvé. Dans tous les temps, faites que chaque
    homme ait son propre sentiment; et ce qui es le plus
    agréable en soi aura toujours la pluralité des suffrage »

    Bon alors, j’ai identifié la question que c’est posé
    l’auteur (et j’ai eu confirmation de ma prof de philo) mais
    le problème, c’est la thèse que défend Rousseau ..
    Impossible de l’identifier ..
    C’est le seul truc à vrai dire qui me bloque pour passer à
    la rédaction donc .. Un petit coup de main ne serait pas de
    refus Merci 😉

  36. Simone MANON dit :

    Croyez-vous, Astrid, que c’est en attendant des autres l’effort d’expliciter le sens d’un texte que vous progresserez? Si c’est le cas, vous vous êtes trompée d’adresse.
    Pour comprendre la thèse, procédez à l’analyse de chaque proposition. Elle vous apparaîtra clairement au terme de ce travail.
    Bon courage.

  37. Sarah dit :

    Bonjour,
    est-ce que pour le commentaire de texte :
    -Il doit y avoir obligatoirement 2 parties : dans la 1ère, j’explicite ce que l’auteur dénonce, dans la 2ème je montre les limites de sa thèse ?
    -Ou tout au long du commentaire, j’explicite ce que l’auteur dénonce en montrant les limites de chaque proposition ?
    Est-ce que l’explication doit se faire de manière linéaire ou thématique et doit-on construire un plan par rapport aux idées de l’auteur ?
    Merci

  38. Simone MANON dit :

    Il me semble, Sarah, que la méthode énoncée plus haut est explicite. Il vous suffit de prendre la peine d’en lire avec précision les règles.
    Elle souligne que le développement de la réflexion est indexé sur la structure du texte. Autrement dit que votre suggestion d’un devoir construit en deux parties est absolument à bannir. Vous vous condamneriez à la superficialité dans la première et à la répétition dans la seconde.
    Bon travail.

  39. Charlène dit :

    Madame,
    Concernant la méthode de l’explication de texte, notre professeur de philosophie nous a toujours dit que l’exercice se décomposait en deux parties : une partie visant à expliciter la pensée de l’auteur, et une deuxième dans lequel on répondait à une problématique visant à dépasser sa pensée par le biais d’autres auteurs.
    Néanmoins, ayant travaillé sur quelques sujets qui ne couvrent pas la totalité du programme cette année, j’ai peur de me retrouver dans une impasse concernant ce dépassement de la pensée de l’auteur le jour de l’examen.
    -Serait-il préjudiciable de critiquer l’auteur sans faire appel à d’autres philosophes ou au contraire, n’y-t-il aucun problème à cela ?
    -La partie critique (ou aspect critique incorporé à l’explication de texte) s’avère-t-elle obligatoire pour cette exercice ?
    Je vous prie de bien vouloir m’excuser si jamais ces questions vous semblent idiotes mais, j’ai tendance à voir beaucoup d’avis contraires sur ces sujets.
    Cordialement.

  40. Simone MANON dit :

    Bonjour Charlène
    Votre question n’est pas du tout idiote. Elle témoigne simplement que les élèves ont de la peine à s’y retrouver lorsque les professeurs ne s’entendent pas sur une méthode.
    C’est, semble-t-il, le cas pour l’explication de texte.
    La construction du développement en deux parties est très contestable dans la mesure où elle conduit souvent les élèves à la répétition et où il est souvent bien prétentieux de demander à un élève de terminale d’être plus intelligent que l’auteur. Ce qu’induit l’idée d’un dépassement de sa pensée.
    Ce qui ne veut pas dire que des objections critiques ne doivent pas être faites à la thèse, si cela s’impose. Vous pouvez en formuler par vous-même mais la mobilisation des auteurs qui sont en débat sur la problématique du texte (débats auxquels le cours a dû vous familiariser durant l’année) est toujours bienvenue car on attend d’un élève une certaine culture.
    Mais enfin, ce n’est pas à quinze jours du bac qu’il est temps de vous former à une autre méthode que celle à laquelle votre professeur vous a entraînée.

    Ne vous faîtes pas de souci. Il y a belle lurette que la correction du bac ne se préoccupe plus des règles académiques! Efforcez-vous d’expliciter le sens du propos de l’auteur, de préciser le thème du texte, d’énoncer avec rigueur les problèmes qu’il affronte (= sa problématique) et de dégager sa thèse. En l’approfondissant par une analyse rigoureuse, vous découvrirez les problèmes qu’elle pose. Ce qui vous conduira tout naturellement à poser les questions pertinentes.
    Tous mes voeux de réussite à l’examen.

  41. bonjour,

    Je pense (enfin j’essaye) que vous avez raison d’insister sur la paraphrase, car c’est extrémement difficile d’échapper à ce piège quand on se penche sur une explication de texte.
    On a vite fait d’en faire (une paraphrase) sans le vouloir et pour y échapper sur une telle épreuve c’est de bien garder du temps pour relire le texte et son texte, en les mettant en paralélle pour vérifier que l’on ne l’a pas fait.

  42. Simone MANON dit :

    Bonjour
    Oui, vous avez raison, il est très difficile pour quiconque d’échapper à la paraphrase parce que les mots de l’auteur donnent le sentiment de maîtriser une signification que toute la difficulté consiste à expliciter avec ses mots à soi, garants de la véritable intelligence du sens.
    Bien à vous.

  43. zigouigoui dit :

    Bonsoir Madame
    je voulais quelques précisions si possible sur la différence entre question et problématique:
    Notre professeur nous a dit qu’il fallait dans l’introduction :
    – identifier la thèse de l’auteur
    – énoncer la question dont la thèse est la réponse
    -déterminer le problème fondateur de la question
    – mettre en évidence la démarche de réflexion de l’auteru (= annonce du plan)
    Voyant l’incompréhension massive des élèves de la classe quant à la problématique, il a expliqué : « La problématique est la réponse à la question suivante : Pourquoi la question du sujet « … » se pose-t-elle ?
    Merci de votre aide et de votre site !

  44. Simone MANON dit :

    Votre professeur a fort bien explicité de quoi il retourne dans l’exercice de l’explication de texte.
    A propos d’un thème, un auteur énonce une thèse.
    Cette thèse est la réponse à une question explicitement ou non formulée qu’il s’est posé.
    Mais il en est de cette question, ce qu’il en est du sujet d’une dissertation. Il faut comprendre pourquoi cette question se pose. Quels sont les problèmes qu’elle implique.
    On appelle problématique, l’ensemble des problèmes qui spécifie le sens de la question. Une problématique n’est pas un problème mais une articulation de plusieurs problèmes.
    Vous avez de nombreux exemples d’explication de texte sur ce blog. Voyez comment on applique les règles, c’est souvent très éclairant.
    Bon courage.

  45. Marina dit :

    Bonjour!
    J’ai un problème plus global… Je passe mes examens du DAEU dans deux semaines et j’ai un gros problème de blocage, une fois devant ma feuille (même pour faire des exercices) je suis totalement tétanisée!!! Le professeur me dit d’apprendre la méthode de dissert par coeur mais je n’arrive à rien. J’ai beau découper la question, essayer de noter la définition de chaque mot utile et d’essayer de mettre mes idées mais ma tête est complètement vide!!!
    Un petit truc contre ce trac???
    Merci d’avance,
    Marina

  46. Simone MANON dit :

    Bonjour
    Je ne sais pas s’il est pertinent de parler de trac.
    Pour surmonter vos problèmes, il faut maîtriser les règles de la méthode et avoir de solides connaissances sur le thème de réflexion. Si vous commencez les apprentissages par là, vous découvrirez que l’épreuve n’est pas hors de votre portée.
    PS: voyez bien que la méthode de la dissertation est une chose, celle de l’explication de texte une autre.
    Bon courage.

  47. Marina dit :

    Un grand merci pour votre réponse rapide!
    Je suis désolée, je ne m’étais pas rendu compte que je me trouvais dans la partie consacrée à « explication de texte », par contre à ce propos…vaut-il mieux tenter cet exercice ou faut-il connaitre l’auteur pour prendre ce choix? J’avoue ne plus savoir quoi choisir, il est sûr que si le sujet de la dissertation est un sujet qui m’intéresse je serais tentée d’essayer mais je crains ne pas m’en sortir même en connaissant la méthode, que je commence à maîtriser…en théorie.
    Un grand merci!!!
    Cordialement,

  48. Simone MANON dit :

    Bonjour
    Quand on maîtrise une méthode on s’aperçoit qu’on en lit une autre!
    Le libellé de l’exercice portant sur l’explication de texte précise bien que l’épreuve n’implique pas la connaissance de l’auteur.
    Bien à vous.

  49. […] » La méthode de l’explication de texte […]

  50. Julie dit :

    Bonjour Madame,
    Actuellement en classe de Terminale S, je découvre la philosophie. Nous avons étudié un extrait des Méditations métaphysiques de Descartes portant sur le « Le point fixe : je pense, je suis ». Notre professeur attendait de nous la rédaction d’un problème et d’une problématique. Malheureusement, et bien qu’ayant lu vos conseils et un exemple de rédaction d’explication de texte, la démarche à adopter me semble encore floue. J’avais rédigé le problème suivant : « En quoi l’existence du sujet apparaît-elle pour Descartes comme la première des vérités, c’est-à-dire une certitude absolue ? « . Mon professeur l’a jugé correct, cependant ma problématique ( » Y a-t-il quelque chose que le doute méthodique de Descartes, l’hypothèse métaphysique du Dieu-trompeur et celle du Malin Génie ne puissent combattre ?) ne dégage aucun projet. Je ne sais comment procéder, ni ce qui est précisément attendu.
    Je vous remercie d’avance pour l’aide que vous pourriez m’apporter.

Laisser un commentaire