- PhiloLog - https://www.philolog.fr -

Présentation du chapitre II: Conscience. Inconscient. Sujet.

Jean-Dominique Ingres. Oedipe et le sphinx. 1808. Musée du Louvres

  

 

   La conscience est un pouvoir de représentation. « Avoir conscience qu’il y a une personne dans la pièce » ; « être conscient de ma joie » signifie que j’ai la connaissance d’une présence dans l’espace ou de mon état moral. Je m’en aperçois ; je me les représente. La conscience est une expérience de présence à soi, aux autres et aux choses enveloppant une connaissance d’elle-même. L’étymologie en témoigne. Le mot est formé de science et de cum (avec). La conscience est un savoir accompagnant ma pensée, mes actions, mon être au monde.

 

   Etrange pouvoir que ce pouvoir de représentation. Car qu’est-ce qui le rend possible ? Prenons avec Alain, l’exemple du dormeur. Il est en situation d’inconscience. Il n’a plus conscience qu’il y a un monde et qu’il y est présent. Il fait partie d’un ensemble dont il ne se distingue pas. Sa condition se caractérise par l’absence de toute forme d’écart entre lui et le monde, entre lui et lui-même. Aussi est-il immergé dans le monde à la manière des choses, sous une forme massive et opaque. Maintenant efforçons-nous de saisir le moment du retour à la conscience. Le dormeur se réveille, il  rompt la totalité dans laquelle il était englué, il se sépare de  lui-même et du monde, et cette opération de division, de séparation lui permet de se donner la représentation de sa chambre, de son lit, de son corps allongé dans son lit, de son désir de dormir encore un peu.

    « Dans le sommeil, je suis tout mais je n’en sais rien. La conscience suppose réflexion et division. La conscience n’est pas immédiate. Je pense et puis je pense que je pense, par quoi je distingue Sujet et Objet, Moi et le monde, Moi et ma sensation, Moi et mon sentiment, Moi et mon idée » Alain. Manuscrits inédits [1] 1928.

   La conscience est ce par quoi il peut y avoir un sujet qui se représente et un objet représenté. Par elle s’opère la scission Sujet/ Objet. Le sujet doué de conscience se pose comme un sujet, un Je, en face d’objets. Il n’est pas dans le monde (chose parmi les choses) il fait face au monde et tout ce qui constitue ce monde : moi, autrui, les choses se met à exister comme un objet de représentation.

 

   Il s’ensuit que :

 

 

    Avouons qu’il y a dans le fait de conscience un mystère. Comment ce morceau de matière que je suis peut-il sortir de lui, se tenir à  distance d’une réalité qu’il est aussi, pour se mettre à exister dans le double statut de sujet de la représentation et d’objet représenté ?

   Méditer le fait de conscience revient ainsi à méditer notre expérience la plus familière et pourtant la plus étonnante.

 

 Les questions que je vais affronter dans ce chapitre sont les suivantes :

 

BIBLIOGRAPHIE:

 

Descartes:                 Discours de la méthode.

                                 Méditations métaphysiques.

Nietzsche:                 Le gai savoir.

Bergson:                   L’énergie spirituelle.

Freud:                       Essais de psychanalyse.

                                 Nouvelles conférences de psychanalyse.

                                 Métapsychologie.

Alain:                        Eléments de philosophie.

Sartre:                       L’Etre et le Néant.

Merleau-Ponty:         Sens et non-sens.

                                  L’oeil et l’esprit