Flux pour
Articles
Commentaires
John Rawls 
            A theory of justice :1971. Traduction française :1987.John Rawls (1921.2002).    

  

Idées cardinales :

  

  « La justice est la vertu absolument première des Institutions sociales ». Par cette déclaration, Rawls signifie clairement qu'il s'inscrit, contre le positivisme juridique dans la tradition du droit naturel. Les hommes sont des sujets moraux « c'est-à-dire des êtres rationnels ayant leurs propres systèmes de fins et capables, selon moi, d'un sens de la justice »Rawls (Cf. Manuel. La justice et le droit. Réflexion 5) Il s'ensuit qu'il y a une primauté du juste sur le droit et le droit n'est droit qu'autant qu'il protège et garantit la norme de justice et d'abord celle qui reconnaît la dignité de la personne humaine. « Nous pensons, écrit Rawls, que chaque membre de la société possède une inviolabilité fondée sur la justice, ou, comme disent certains, sur le droit naturel, qui a priorité sur tout, même sur le bien-être de tous les autres ».    

 

   Mais il ne semble pas possible de définir objectivement la nature d'un ordre social juste. Plusieurs systèmes de répartition également raisonnable sont pensables. Les hommes ayant diverses conceptions du bien, il faut admettre le « polythéisme des valeurs » (Max Weber), et renoncer au monothéisme d'un nomothète central. On a là une option libérale. On reconnaît que le conflit est une donnée constitutive de n'importe quelle société. Il s'ensuit que c'est à partir de lui, par la délibération publique qu'il faut réaliser un accord sur des principes régulateurs.    

Le juste n'étant pas à découvrir ; il est à construire. Rawls substitue à une conception fondationnelle de la justice, une conception constructiviste. Il convient de définir une procédure contractuelle dont l'équité suffirait à garantir la justice des principes de justice choisis. Cette procédure implique d'envisager la société comme un système de coopération en vue de l'avantage mutuel entre des personnes libres et égales. Chacune, même la plus défavorisée doit pouvoir consentir à l'organisation d'ensemble.    

  Par là Rawls s'inscrit dans la tradition des philosophies du contrat. Comme chez Hobbes, Rousseau ou Kant, le contrat est une fiction, mettant en jeu une expérience de pensée. Il implique de se poser la question suivante : Quels sont les principes que se donneraient antérieurement à l'ordre social existant, des individus rationnels soucieux de promouvoir leurs intérêts mais indifférents à ceux des autres ? Cet état pré-constitutionnel, Rawls l'appelle « la position originelle ». Celle-ci ne cherche pas à penser, même sous forme fictive, la sortie d'un état de nature : ce problème est supposé résolu, à titre de pré-requis par la démocratie constitutionnelle. La position originelle a pour vocation de définir, une manière procédurale, argumentative permettant de s'accorder, à partir d'une situation d'intersubjectivité, sur une charte fondatrice de la répartition des avantages et des charges dans la société. Cette situation n'est d'ailleurs pas n'importe quelle situation intersubjective. Rawls précise que c'est celle des démocraties occidentales développées. Sans doute n'est-il pas exclu de pouvoir universaliser les principes définis mais ils supposent des individus rationnels revendiquant le droit de décider des principes de leur existence sociale. Or cet individu rationnel est en grande partie une production morale et politique, typique des sociétés occidentales. Il y a fort à parier  que la procédure décrite serait sans intérêt pour des individus religieux considérant que les fins de leurs vies résultent d'un décret divin. Elle a aussi ceci de singulier qu'elle fait l'économie de la part de l'irrationnel dans la condition humaine, par exemple de certains affects tels que l'envie conduisant certains à préférer compromettre leurs intérêts plutôt que d'autres aient plus qu'eux. Quoiqu'il en soit, son objectif est de concilier deux exigences auxquelles les membres des démocraties occidentales développées sont très attachés. D'une part la liberté individuelle, d'autre part la justice sociale. Aussi est-il permis de dire que la Théorie de la justice cherche à fonder rationnellement la social-démocratie. Un ordre social juste est un ordre excluant deux sacrifices. D'une part le sacrifice des défavorisés au nom de l'efficacité économique et c'est le refus du libéralisme sauvage. D'autre part le sacrifice des plus favorisés au nom de la justice sociale et c'est le refus du socialisme autoritaire.    

  Il faut donc se placer dans une position originelle qui doit être équitable. Son équité est tributaire de certaines conditions que Rawls donne à entendre dans une allégorie : l'allégorie du voile d'ignorance. Pour éviter que le jugement des individus soit influencé par leurs conditions concrètes d'existence, bref pour que l'impartialité soit possible, il faut mentalement se placer dans une situation d'incertitude : « Personne ne connaît sa place dans la société, sa position de classe ou son statut social, pas plus que le sort qui lui est réservé dans la répartition des capacités et des dons naturels, par exemple l'intelligence, la force, etc. Les partenaires ignorent leurs propres conceptions du bien ou leurs tendances psychologiques ». La fonction de la position originelle est d'annuler les effets de contingence dus tant à la nature qu'à l'histoire ou aux circonstances sociales. Il faut, pour qu'il y ait équité et donc impartialité que « personne ne soit avantagé ou désavantagé dans le choix des principes par le hasard naturel ou par la contingence des circonstances sociales » Rawls. Ceux qui sont favorisés par l'intelligence, par la naissance (le mérite n'est pas moins contingent que les qualités contraires pour Rawls), et ceux qui ne le sont pas doivent également ignorer ces contingences. Ces précautions signifient qu'il ne faut pas que les uns et les autres soient préoccupés dans la discussion de défendre leurs positions d'intérêts contingents, les défavorisés, leurs intérêts de défavorisés, les favorisés leurs intérêts de favorisés. Il s'ensuit que « comme tous ont une situation comparable et qu'aucun ne peut formuler des principes favorisant sa situation particulière, les principes de la justice sont le résultat d'un accord ou d'une négociation équitable » Rawls.    

  Le raisonnement de Rawls repose sur l'axiome suivant : Puisque les partenaires choisissent derrière un voile d'ignorance, que l'équité est assurée et qu'ils sont également rationnels et ignorants de ce qui les différencie, ils doivent être convaincus par la même argumentation. (NB : On peut se demander si la plus grande partie du caractère problématique de la théorie ne se concentre pas dans cet axiome. A prendre acte de tous les débats qu'a suscités la Théorie de la justice, il n'est pas du tout évident qu'il soit possible de réaliser des accords rationnels entre les hommes, même sous voile d'ignorance ou peut-être parce qu'il n'est pas possible de se placer vraiment dans cette position originelle. Ne revient-elle pas à décliner le thème philosophique classique de la nécessité d'une ascèse du contingent, du particulier pour faire triompher la nécessité et l'universalité rationnelles ? Or ce postulat qui est celui de l'idéalisme platonicien ne se heurte-il pas de manière irréductible à l'objection de Protagoras, de telle sorte que le polythéisme des valeurs ne porte pas seulement sur les conceptions métaphysiques et morales mais aussi sur le choix de principes dans la position originelle ?).    

 Quels sont donc les principes de justice qui seraient choisis dans le cadre de cette procédure équitable ? 

 

Premier principe  ou principe d'égalité. 

 

  Il exige l'égalité dans l'attribution des droits et des devoirs de base. « Chaque personne doit avoir un droit égal au système le plus étendu de libertés de base égales pour tous qui soit compatible avec le même système pour les autres ».    

Rawls recense ces libertés de base : « les libertés politiques (droit de vote et d'occuper un poste public), la liberté d'expression, de réunion, la liberté de pensée et de conscience, la liberté de la personne qui comporte la protection à l'égard de l'oppression psychologique et de l'agression physique (intégrité de la personne), le droit de propriété personnelle et la protection à l'égard de l'arrestation et de l'emprisonnement arbitraire, tels qu'ils sont définis par le concept d'autorité de la loi ».    

  Ce principe est dit lexicalement prioritaire par rapport au second. Cela signifie que « les atteintes aux libertés de base égales pour tous, qui sont protégées par le premier principe ne peuvent être justifiées ou compensées par des avantages économiques ou sociaux plus grands ».    

  On ne peut donc pas prétendre lutter contre les inégalités de fait en portant atteinte aux libertés individuelles fondamentales. L'égalité en droits est le principe prioritaire.     

  Même au nom de la justice sociale on n'a pas le droit de lui faire des entorses.    

 

Deuxième principe ou principe de différence. 

  

  Il prend en charge la répartition inégale des revenus et des richesses mais aussi de l'autorité et de la responsabilité.    

  L'idée est héritée d'Aristote : il existe dans les partages inégaux un point d'équilibre tel que certaines inégalités doivent être préférées à des inégalités plus grandes mais aussi à une répartition égalitaire. Il stipule que les inégalités socio-économiques sont justes si et seulement si elles produisent en compensation des avantages pour chacun et en particulier pour les membres les plus défavorisés de la société.    

  Ce principe de différence pose que : « les inégalités sociales et économiques doivent être organisées de façon qu'à la fois :  

  • a) Elles soient attachées à des fonctions et à des positions ouvertes à tous dans des conditions de juste égalité des chances.   
  • b) Elles doivent être au plus grand avantage des membres les plus défavorisés de la société ».   

 

  Quelque chose du premier principe est préservé au sein du second sous la forme de l'égalité des chances ; ce que Rawls appelle les positions de départ. Un ordre juste doit en effet s'efforcer de réaliser l'égalité des chances, donc de corriger les inégalités de fait par divers moyens, en particulier ceux de l'Etat-Providence.    

 

  C'est ce point de la théorie qu'utilisent les partisans de la discrimination positive. Les inégalités ne peuvent pas, aux yeux de Rawls, se justifier par le mérite. On sait que ce principe est cher aux républicains et que selon la conception méritocratique : les inégalités sont justes dès lors qu'elles procèdent de la différence des talents et des vertus propres aux individus.    

  Pour Rawls « il n'est pas correct de dire que des individus qui ont davantage de dons naturels et un caractère supérieur ayant rendu possible leur développement ont droit à un système de coopération qui les rende capables d'obtenir encore plus d'avantages ». Rawls déconstruit l'idée de mérite au motif que nul ne mérite son mérite. Il s'ensuit que nul n'a droit à revendiquer, une place dans la société en fonction des seuls critères méritocratiques. Ce qui permet aux partisans de la discrimination positive de dire qu'un individu désavantagé par la discrimination positive pour une place dans une grande école par exemple, n'est pas fondé à dénoncer en celle-ci une violation de son intégrité. (C'est-à-dire une violation du premier principe).             

  La discrimination positive n'est donc pas en contradiction avec le premier principe stipulant l'égalité des libertés de bases car celles-ci ne comprennent pas le droit à une distribution inégale. Si dans la position originelle on la préfère à une répartition strictement égalitaire, c'est que « la société doit prendre en considération l'efficacité économique et les exigences de l'organisation et de la technologie. S'il y a des inégalités de revenus et de fortune, des différences d'autorité et des degrés de responsabilité qui tendent à améliorer la situation de tous par rapport à la situation d'égalité, pourquoi ne pas les autoriser ? ».    

    L'argument du maximim (maximiser la part minimum) est un refus de l'utilitarisme qui définit la justice par la maximisation du bien du plus grand nombre. Cf. Bentham, Stuart Mill : le bien c'est le plus grand bonheur possible pour le plus grand nombre. ( http://www.philolog.fr/lutilitarisme-ou-morale-de-linteret/) Il cherche à pondérer le principe sacrificiel inhérent à cette conception par la réaffirmation du principe kantien : tout homme quel qu'il soit, même le plus démuni sur le plan des compétences, le moins chanceux, ne doit jamais être seulement traité comme un moyen, il doit toujours en même temps être traité comme un fin. D'où la nécessité de l'Etat-Providence pour que les inégalités économiques et sociales permettent la maximisation de la part minimum et concilient les deux impératifs de la liberté individuelle et de la justice sociale.    

 

  

Partager :

Pin It! Share on Google+ Share on LinkedIn

35 Réponses à “Une théorie moderne de la justice: John Rawls.”

  1. charline dit :

    En quoi la discrimination positive favorise l’intérêt de tous ?

  2. Simone MANON dit :

    La manière dont vous posez votre question présuppose ce qui me semble, au contraire, en débat.
    En quoi une discrimination, quelle qu’elle soit, peut-elle favoriser l’intérêt d’un peuple reconnaissant dans ses principes fondateurs l’égalité en droit de tous ses membres? On peut voir en elle une utilité momentanée, encore que cela me semble très discutable, mais elle ne peut, par définition, favoriser l’intérêt de tous puisque toute discrimination, fût-elle positive, s’effectue nécessairement au détriment de quelqu’un (pour lequel elle est, de facto, une discrimination négative).

  3. Claire Catella dit :

    Bonsoir Madame Manon,

    J’ignore si vous vous souvenez de moi aujourd’hui après toutes ces années, bien qu’à l’époque je pense ne pas avoir saisi la portée exacte de votre enseignement.
    Je (re)découvre aujourd’hui (et avec plaisir) les thèmes abordés durant cette classe de terminale littéraire en 2003 au travers de votre blog que j’ai découvert tout à fait par hasard entre deux séances de révision.
    Vos écrits relatifs au droit et à la justice feront assurément partie de mes prochaines lectures et seront certainement une bouffée d’oxygène dans le traitement mécanique des dossiers que je suis amenée à traiter chaque jour dans ma fonction d’assistante de justice, et je l’espère prochainement, de magistrat administratif.

    Bien cordialement,

    Claire Catella

  4. Simone MANON dit :

    Agréable souvenir Claire. Je me souviens d’une jeune fille qui voulait être journaliste mais vous avez sans doute découvert l’intérêt des études de droit et de la magistrature. Je vous souhaite de réussir dans vos projets et de continuer à cultiver l’ouverture d’esprit.
    Avec mes meilleures pensées.

  5. Michael dit :

    Il est malaisé de rejoindre Rawls sur sa déconstruction du mérite. Elle semble se fonder sur un syllogisme dont la majeure serait : les injustices innées de talent seraient equipollentes des injustices sociales vécues. Du moins, il ne serait pas plus injuste d’être né avec de faibles ressources intellectuelles que matérielles. Cela reste critiquable.
    D’une part, l’injustice matérielle se double rapidement de la double injustice de la conscience de classe. Il n’est certainement rien de plus injuste que d’avoir conscience des limites matérielles à ses aptitudes.
    D’autre part, l’utilitarisme suppose-t-il réellement le mouvement sacrificiel en question? Je suis peut-être moi-même utilitariste, et mes pensées sont innervées par celles de Mill lorsqu’il écrit : « Il me faut encore répéter ce que les adversaires de l’utilitarisme ont rarement la justice de reconnaître : le bonheur que les utilitaristes ont adopté comme critérium de la moralité de la conduite n’est pas le bonheur personnel de l’agent, mais celui de tous les intéressés. »

  6. Simone MANON dit :

    J’ai de la peine à voir la cohérence de votre propos.
    Rawls déconstruit le mérite au motif que nul ne peut revendiquer comme un droit ce qu’il ne doit qu’à la loterie génétique c’est-à-dire au hasard. Voilà pourquoi, s’il peut être utile de récompenser au mérite (principe d’efficacité économique et sociale), on ne peut soutenir que c’est absolument juste. On n’est pas plus responsable de naître dans une famille défavorisée (injustice sociale) que de naître avec des possibilités intellectuelles ou morales limitées (injustice naturelle). Si l’idéal de la justice ne consiste pas à consacrer les injustices sociales, doit-il consacrer les injustices naturelles? Moralement non. C’est la raison pour laquelle Rawls établit qu’on ne peut permettre le développement des talents qu’à condition que les avantages générés ne reviennent pas exclusivement aux bénéficiaires de ces talents mais aussi à ceux qui en sont privés par voie redistributive.
    Quant à l’utilitarisme, sa définition même du bien (le plus grand bonheur possible pour le plus grand nombre) implique par définition le principe sacrificiel.

  7. steve dit :

    Bonsoir Madame Manon,
    Je souhaiterais savoir quelles sont les théories du mérite auxquelles John Rawls s’oppose. Il fait souvent référence aux utilitaristes à propos de la théorie de la justice, mais je n’ai pu relever aucune référence explicite concernant ses contradicteurs sur la question spécifique du mérite. Pourriez-vous m’éclairer sur ce point?
    Je vous en remercie par avance.

  8. Simone MANON dit :

    Bonjour
    Non je ne peux pas vous éclairer.
    L’idée que la place d’un individu dans la société dépend de ses talents et de son mérite est défendue par les anciens mais correspond aussi à une position que Rawls critique autant que l’utilitarisme et qu’il appelle l’intuitionnisme.
    Je ne me souviens pas des auteurs qu’il cite.
    Bien à vous.

  9. jean claude dit :

    bonjour madame manon. je prepare mon travail de fin de cycle de graduat et je travail sur la justice comme thématique fondamentale dan la politique contemporraine selon john rawls.j’aime ses idéés.ne pouvez vous pas acceptez de me diriger? je vous en remercie davance.bien à vous.

  10. Simone MANON dit :

    Désolée, Jean Claude, je n’ai pas vocation à assumer le rôle que vous souhaitez.
    Je suppose qu’au sein de votre institution, il y a des professeurs assignés à cette tâche.
    Bon courage pour mener à bien votre travail.
    Bien à vous.

  11. de La Motte dit :

    Bonjour,
    Il me semble que vous faites erreur lorsque vous associez Rawls à l’optimum de pareto, ou pour être plus exacte, au principe de ‘pareto efficiency’.

    En effect le principe de pareto effiency est une rêgle d’or en microeconomie qui promulgue la formation indépendante d’un équilibre de distribution des ressources.
    Or Rawls propose dans sa théorie une modification de ce principe en y ajoutant une variable exogène, celle de ‘fairness’ ou d’égalité, afin de converger vers une allocation homogène des ressources.

    « Actually, in justice as fairness the principles of justice are prior to considerations of efficiency and therefore, roughly speaking, the interior points that represent just distributions will generally be preferred to efficient points which represent unjust distributions. » p.60

    En somme, Rawls ne se réclame par de l’école de Pareto, mais au contraire, justifie une ‘efficiency’ ou éfficacité basé sur le principe de ‘fairness’ ou d’égalité. Lourde conséquence du ‘difference principle’ qui différencie Rawls des Utilitariens.

    Bien à vous,

    de La Motte

  12. Simone MANON dit :

    Bonjour
    Je vous remercie pour cette mise au point qui m’invite à supprimer le passage incriminé.
    Bien à vous.

  13. Fifou dit :

    Bonjour,
    un passage de ce texte me pose problème. à la fin;
    « La discrimination positive n’est donc pas en contradiction avec le premier principe stipulant l’égalité des libertés de base car celles-ci ne comprennent pas le droit à une distribution inégal. »
    Or c’est bien Rawls qui fixe ces libertés de base, n’y a-t-il rien de plus puissant pour justifier cela que de dire cela? J’ai l’impression qu’on pourrait alors justifier beaucoup de choses en modifiant juste les hypothèses posées au départ non? (j’ai toujours du mal avec ce type de raisonnement parce que j’ai l’impression que l’auteur suppose quelque chose, puis justifie quelque chose avec une supposition..)

    Maintenant qu’en est-il du droit d’occuper un poste public par exemple qu’on ebtiendrait par concours, il est possible que la discrimination positive m’empèche d’accéder à ce poste que j’aurais peut etre eu sans cela, or je dois avoir le droit d’accéder à ce poste, pourquoi la discrimination positive n’est pas en contradiction avec mon droit d’avoir cette place? est-ce un jugement de valeur?

    Bon week-end.

  14. Simone MANON dit :

    Rebonjour
    Vous avez droit de concourir. Personne ne le remet en cause. En revanche vous n’avez pas droit à ce que la société ne se préoccupe pas de réaliser l’égalité des chances et de décider pour cela d’une discrimination positive.
    Les libertés de base n’impliquent pas un droit à une distribution inégale, il s’ensuit qu’il n’y a pas de contradiction.
    Bien à vous.

  15. Fred dit :

    Bonjour,
    La théorie de Rawls semble justifier la discrimination positive. Cependant pourquoi n’est-il pas question de la primauté du droit. Bien que l’égalité soit un principe fondamental, the rule of law en est un aussi. Dans quel optique est-il possible de passer outre celui-ci

    Cordialement

  16. Simone MANON dit :

    Bonjour
    Le principe de la primauté du droit vaut aussi bien pour le second principe que pour le premier.
    J’ai précisé en quel sens on peut dire qu’il n’y a pas de contradiction entre le premier principe et la discrimination positive.
    Le souci de réaliser l’égalité des chances, la justice dans les positions de départ se fonde dans l’idée que l’on ne peut se contenter de définir une liberté et une égalité formelles des hommes. Ceux-ci ne peuvent pas être définis de manière purement abstraite car ils sont des êtres de nature sociale et tant que la société ne se préoccupe pas de réaliser les conditions concrètes de l’effectivité des droits reconnus à la personne humaine, certaines inégalités ne peuvent être vécues que comme des injustices.
    Or la justice doit être la vertu cardinale du droit.
    Bien à vous.

  17. Rome dit :

    Bonjour,

    J’ai du mal à comprendre en quoi il nous est possible de faire coexister la discrimination positive avec l’intégrité de la personne ; car ainsi réduire une personne à une seule de ses caractéristiques (comme l’ethnie), n’est-il pas porter atteinte à son intégrité?

  18. Simone MANON dit :

    Bonjour
    Je vous conseille de lire les analyses de Rawls ou de lire simplement ce petit cours pour comprendre par vous-même que votre propos n’a aucune pertinence.
    Bon travail.

  19. Rome dit :

    Bonjour et merci pour votre réponse,

    Quelles analyses de lui devrai-je lire?

  20. Simone MANON dit :

    Bonjour
    La grande oeuvre de Rawls est celle qui est indiquée en tête de ce chapitre: Théorie de la justice.
    Comme c’est un pavé, vous pouvez au moins lire la présentation qu’en donne sa traductrice: Catherine Audard dans qu’est-ce que le libéralisme?, folio/essais, p.400 à 473.
    Vous y découvrirez que loin de remettre en cause l’intégrité dela personne en faveur de laquelle il s’exerce, le principe de discrimination positive procède, en droit, du souci de faire droit à la dignité de la personne en essayant de corriger ce qui nie l’égalité des chances de tous les membres de la société. C’est l’idée d’une justice conçue à la manière aristotélicienne comme équité. Du fait de discriminations sexistes ou racistes anciennes, de contingences génétiques ou sociales (inégalités des talents, inégalités socio-économiques), certaines personnes ne sont pas à égalité (réelle#formelle) dans les positions de départ. La discrimination positive est conçue comme un dispositif juridique destiné à compenser une injustice factuelle pour traduire dans les faits l’exigence de justice, vertu cardinale du droit.
    Personnellement je suis très réservée sur ce principe mais cela ne dispense pas de rendre justice à la pensée d’un auteur en étant soucieux d’en dégager la rationalité doctrinale.Cf. Ma réponse à Charline au début des commentaires de cette page.
    Bien à vous.

  21. […] » Une théorie moderne de la justice: John Rawls […]

  22. violetta dit :

    Bonjour Madame,
    Pourriez-vous m’éclairer concernant la notion d’équité? Je ne saisis pas bien quel lien on pourrait établir entre l’équité telle que la définit Aristote (appliquer l’esprit de la loi plutôt que la lettre, prendre en considération les cas particuliers pour juger justement) et la justice équitable de Rawls…Celle-ci m’apparaît plutôt comme un effort pour définir la justice distributive selon Aristote.
    Merci par avance de vos éclaircissements.
    Cordialement,
    Violetta

  23. Simone MANON dit :

    Bonjour Violetta
    L’idée d’équité renvoie à ce qui est juste conformément à l’exigence d’une justice idéale.
    Dans la mesure où plusieurs répartitions dans la société sont concevables aucune ne peut, en soi, être dite absolument juste.
    Rawls part de ce présupposé et en amont des principes choisis, son souci est de définir une condition (une procédure) qui rendrait le choix de certains principes équitable. D’où l’idée de la situation originelle ou du choix sous voile d’ignorance. Si les individus se prononcent sur ce que serait une répartition juste sans savoir la position qu’ils occuperont dans la société (= sans que leur choix soit aveuglé par leur situation d’intérêt), leur choix sera équitable.
    Voyez bien qu’il s’agit pour Rawls de concilier des impératifs qui peuvent être antinomiques mais qu’il serait injuste d’ignorer: celui de la liberté, de l’égalité, de l’hétérogénéité des êtres humains, de l’efficacité économique etc.
    Une société juste est une société organisée sur des principes que ses membres, placés dans une situation d’équité (expérience de pensée=sous voile d’ignorance), préféreraient à d’autres.
    Bien à vous.

  24. violetta dit :

    Bonjour Madame et merci pour votre réponse.
    Si vous me le permettez, une dernière question me permettrait de vérifier ma compréhension:
    Pourrait-on affirmer que la justice distributive d’Aristote ne va pas assez loin en ne précisant pas les termes de l’attribution des charges et avantages autrement que par le mérite qui ne relève finalement que d’une forme de hasard (ma nature génétique, mon éducation…) et que la perspective de Rawls, par la procédure proposée, permettrait de la rendre équitable ?
    Bien cordialement,
    Violetta

  25. Simone MANON dit :

    Bonjour
    Les présupposés de votre question me posent problème.

    D’abord sur l’idée de mérite. On ne peut pas totalement nier dans le mérite ce qui relève de la responsabilité de la personne même si on ne peut pas davantage faire l’impasse sur la loterie qui préside aux dons naturels. Bref il y a discussion possible sur cette notion, ce que reconnaît Aristote: « De là viennent les disputes et les contestations, quand des personnes sur le pied d’égalité n’obtiennent pas des parts égales, ou quand des personnes, sur le pied d’inégalité, ont et obtiennent un traitement égal. Ajoutons que la chose est claire si l’on envisage l’ordre de mérite des parties prenantes. En ce qui concerne les partages, tout le monde est d’accord qu’ils doivent se faire selon le mérite de chacun; toutefois, on ne s’accorde pas communément sur la nature de ce mérite, les démocrates le plaçant dans la liberté, les oligarques dans la richesse ou la naissance, les aristocrates dans la vertu ».

    Ensuite, le principe de la justice distributive n’a pas à être rendu équitable. Cela supposerait qu’il bafoue l’exigence de justice alors qu’il en est une dimension comme la citation d’Aristote le souligne précédemment. http://www.philolog.fr/idee-de-justice/
    Aristote définit les principe généraux de la justice. Celle-ci se définit par l’égalité mais lorsque les partages concernent des personnes et des choses inégales, l’égalité doit être une égalité proportionnelle non une égalité arithmétique.
    L’équité chez Rawls, est rendue possible par le choix, dans la situation originelle, de principes consensuels, non contradictoires avec un contexte culturel et politique marqué par le pluralisme éthique et la passion, au sens tocquevillien, de l’égalité. La justice ne peut plus être fondée comme chez Aristote sur la loi naturelle comprise par une raison philosophique capable de transcender le conflit des opinions et des intérêts. L’ordre social n’est plus une production naturelle. Les prémisses de Rawls sont celles de l’idéologie individualiste (cf. Louis Dumont) et des philosophies du contrat.
    Le problème qu’il s’efforce de résoudre est le suivant: Quels sont les principes que choisiraient, dans une situation d’équité, des individus libres et rationnels revendiquant le droit de décider des règles de leur vie commune? Ces individus ne renonceraient pas au principe de la justice distributive mais ils essaieraient d’intervenir sur les facteurs sociaux limitant la part de la responsabilité des personnes dans leur mérite. D’où l’exigence de l’égalité des chances.
    Bien à vous.

  26. André dit :

    Bonjour Madame,
    Je vous remercie pour cette leçon. Toutefois, j’ai du mal à comprendre un certain nombre de points. En l’occurence, pourriez-vous m’expliquer quels arguments les partisants de la notion républicaine de justice avancent-ils pour critiquer la position de Rawls en matière de la discrimination positive?
    Cordialement.

  27. Simone MANON dit :

    Bonjour
    Les républicains sont attachés au respect des principes fondateurs de la République en particulier celui de l’égalité formelle des citoyens.
    Il est donc problématique, sous prétexte de corriger une inégalité de fait, d’introduire une inégalité de droit. Toute discrimination, fût-elle positive, est une discrimination ne pouvant qu’être mal vécue par ceux qui en font les frais.
    Elle introduit une détermination concrète dans la définition du citoyen dont seule une définition abstraite permet de fonder son égalité à tout autre. Elle pulvérise le principe d’une « communauté des citoyens » (D. Schnapper) en introduisant la différence sexuelle (parité: homme # femme), la différence ethnique (affirmative action aux Etats-Unis et son expression en France) etc. dans le corps politique dont la République affirme l’unité et l’indivisibilité.
    Par ailleurs elle prend le risque de la stigmatisation de certaines personnes dont les compétences peuvent être suspectées dès lors qu’elles ont été acquises par un traitement de faveur etc.
    Pour un républicain, la discrimination positive peut être acceptée temporairement pour des raisons pragmatiques. Mais il refuse de la fonder en droit car l’utile n’est pas le juste et ne peut être juste ce qui transgresse les principes fondamentaux auxquels il est attaché.
    Bien à vous.

  28. Stéphane dit :

    Bonjour chère collègue,

    je vous félicite pour votre travail sur ce blog et voudrais simplement vous signaler que je viens de le citer sur le site que j’ai créé pour mes élèves dans le chapitre sur La justice et le droit (votre article au sujet de Rawls).

    Cordialement,

    S. Pellicier

    http://www.maphilosophie.fr/fiche_droit.php

  29. Simone MANON dit :

    Merci pour ce sympathique message.
    Bien à vous.

  30. Mathilda dit :

    Bonjour,
    Je dois traiter pour un cours d’histoire des idées politiques une question au sujet de Rawls qui me pose problème. La problématique est la suivante : Quelle solution Rawls donne t-il au problème du nivellement des sociétés dans les démocraties libérales ? Cela est il applicable en pratique ?
    Auriez vous des pistes de réflexions à me donner ? En effet, je ne comprends pas tout à fait le lien entre ses idées et le nivellement des sociétés. Une partie de sa pensée doit m’échapper, et je vous serai extrêmement reconnaissante si vous pouviez m’orienter.
    Bien à vous,

    B. Mathilda

  31. Simone MANON dit :

    Bonjour
    Rawls ne défend pas l’égalitarisme mais fait une place au principe de la responsabilité et à celui de l’efficacité, il défend le principe de l’égalité des chances mais cela n’exclut pas l’inégalité des résultats en vertu de nombreuses raisons qu’il développe.
    Il vous faut donc relire avec attention son œuvre pour traiter cette question qu’il a affrontée avec profondeur.
    Bien à vous.

  32. […] Lire l’intégralité de la lettre ouverte >> Les extraits: 5. 6. Ne tuez aucun homme, car Dieu vous l’a défendu, sauf pour une cause juste. Strass de la philosophie. » Une théorie moderne de la justice: John Rawls. […]

  33. […] Une théorie moderne de la justice: John Rawls. […]

  34. Lea Molera dit :

    Bonjour,

    Dans le cadre d’un oral en éthique et politique, je me dois d’appliquer la théorie (politique) de Rawls quant à la répartition inégale des richesses au Cananda. Je dois expliquer en quoi, la théorie de Rawls permettrait de résoudre ce problème de société. Je pense saisir la théorie, mais je ne parviens pas à l’appliquer sur un autre domaine. Pourriez-vous me guider au travers de certaines pistes de réflexions? Votre aide serait infiniment apprécié.

    Coordialement,
    Rana

  35. Simone MANON dit :

    Bonjour
    On n’a pas compris une théorie si on est incapable d’en tester les principes sur des cas pratiques.
    Pour cela vous devez avoir une connaissance précise des données concernant les modalités de la répartition des richesses au Canada afin d’examiner si les inégalités économiques:
    – correspondent à des emplois ou fonctions ouverts à tous, sans aucune discrimination, et dans le respect du principe d’égalité des chances
    – si elles maximisent la part des personnes les plus modestes.
    Bien à vous.

Laisser un commentaire