- PhiloLog - http://www.philolog.fr -

Présentation du chapitre VII. Le travail.

Malevitch. La moisson.1911-12 

 

 Nous pensons sous la notion de travail une dimension de l’existence humaine qu’on peut envisager à la fois comme un invariant anthropologique et une réalité dont les modalités, le statut et la valeur varient profondément selon les sociétés et les époques.

  On n’a pas toujours vu en lui une fonction unique caractérisant le rapport de l’homme à la nature, structurant  l’ordre social et  puissance de création. 
 
 
 
  Dans les mythes de l’Âge d’or ou du Jardin d’Eden, l’humanité qui n’est pas encore née à elle-même échappe à  la malédiction du travail.
  Mais dans la modernité la malédiction est plutôt d’être exclu de la dignité qu’il confère.
 
  Dans le monde antique, il est lié à l’indignité sociale d’une existence étrangère à l’excellence morale; dans le monde moderne, il est célébré comme l’origine de la propriété (Locke), le fondement de la valeur (Smith), la médiation nécessaire de la conscience de soi et de la reconnaissance sociale(Hegel) l’essence de l’humanité (Marx) ou une « activité providentielle » (Kant).
  C’est dire combien le travail est ambigu.