Flux pour
Articles
Commentaires

Paul Valéry. 

 

   Avant de réfléchir sur les deux principales matrices de l'Europe, j'ai jugé utile de conférer une place d'honneur à la romanité puisque Rome est l'emblème d'un certain rapport à l'autre. Là où s'étendit l'Empire romain, là souffle l'esprit européen et c'est par l'aqueduc romain que l'Europe révèle le mieux son essence. Elle a ceci de singulier qu'elle ne se fait pas un honneur d'être à elle-même son gisement de sens et de valeur. Sa richesse vient d'ailleurs, de l'autre qui ne cesse de la décentrer et de la transformer sous l'horizon de l'universel. 

 

     L'Europe n'est pas une nature, elle est une culture. Non pas une culture au sens ethnique mais une culture au sens humaniste. C'est dire qu'elle est le projet d'une volonté et d'abord la volonté de choisir ses ancêtres. L'Europe a élu deux villes, Jérusalem et Athènes, deux villes qui ne se sont jamais pensé européennes comme foyers de sens et de valeur. Mais il fallait un passeur et ce fut Rome. Voilà pourquoi j'ai présenté le texte de Rémi Brague et pourquoi je ne résiste pas à la tentation de faire lire ce magnifique texte de Paul Valéry, écrit au lendemain du désastre de la guerre de 14.18, désastre marquant, comme l'on sait, un point de rupture dans le rapport de l'Europe à elle-même. 

    "« Eh bien, je considérerai comme européens tous les peuples qui ont subi au cours de l'histoire les influences que je vais dire.

    La première est celle de Rome. Partout où l'Empire romain a dominé, et partout où sa puissance s'est fait sentir; et même partout où l'Empire a été l'objet de crainte, d'admiration et d'envie; partout où le poids du glaive romain s'est fait sentir, partout où la majesté des institutions et des lois, où l'appareil et la dignité de la magistrature ont été reconnus, copiés, parfois même bizarrement singés, - là est quelque chose d'européen. Rome est le modèle éternel de la puissance organisée et stable.

    Je ne sais pas les raisons de ce grand triomphe, il est inutile de les rechercher maintenant, comme il est oiseux de se demander ce que l'Europe fût devenue si elle ne fût devenue romaine.

    Mais le fait nous importe seul, le fait de l'empreinte  étonnamment durable qu'a laissée, sur tant de races et de générations, ce pouvoir superstitieux et raisonné, ce pouvoir curieusement imprégné d'esprit juridique, d'esprit militaire, d'esprit religieux, d'esprit formaliste, qui a le premier imposé aux peuples conquis les bienfaits de la tolérance et de la bonne administration.

    Vint ensuite le christianisme. Vous savez comme il s'est peu à peu répandu dans l'espace même de la conquête romaine. Si l'on excepte le Nouveau Monde qui n'a pas été christianisé, tant que peuplé par des chrétiens; si l'on excepte la Russie, qui a ignoré dans sa plus grande partie la loi romaine et l'empire de César on voit que l'étendue de la religion du Christ coïncide encore aujourd'hui presque exactement avec celle du domaine de l'autorité impériale. Ces deux conquêtes si différentes, ont cependant une sorte de ressemblance entre elles, et cette ressemblance nous importe. La politique des Romains, qui s'est faite toujours plus souple et plus ingénieuse, et de qui la souplesse et la facilité croissaient avec la faiblesse du pouvoir central, c'est-à-dire avec la surface et l'hétérogénéité de l'Empire, a introduit dans le système de domination des peuples par un peuple une nouveauté très remarquable.

    De même que la Ville par excellence finit par admettre dans son sein presque toutes les croyances, par naturaliser les dieux les plus éloignés et les plus hétéroclites, et les cultes les plus divers, - le gouvernement impérial conscient du prestige qui s'attachait au nom romain, ne craignit pas de conférer la cité romaine, le titre et les privilèges du civis romanus, à des hommes de toutes races et de toutes langues. Ainsi, par le fait de la même Rome, les dieux cessent d'être attachés à une tribu, à une localité, à une montagne, à un temple ou à une ville, pour devenir universels, et en quelque sorte communs; - et d'autre part, la race, la langue et la qualité de vainqueur ou de vaincu, de conquérant ou de conquis, le cèdent à une condition juridique et politique uniforme qui n'est inaccessible à personne. L'empereur lui-même peut être un Gaulois, un Sarmate, un Syrien, et il peut sacrifier à des dieux très étrangers. C'est une immense nouveauté politique.

    Mais le christianisme, à la parole de saint Pierre, quoique l'une des très rares religions qui fussent mal vues à Rome, le christianisme, issu de la nation juive, s'étend de son côté aux gentils de toute race; il leur confère par le baptême la dignité nouvelle de chrétien comme Rome conférait à ses ennemis de la veille la cité romaine. Il s'étend peu à peu dans le lit de la puissance latine, il épouse les formes de l'empire. Il en adopte même les divisions administratives (civitas au V°siècle désigne la ville épiscopale). Il prend tout ce qu'il peut à Rome, il y fixe sa capitale et non point à Jérusalem. Il lui emprunte son langage. Un même homme né à Bordeaux peut être citoyen romain et même magistrat, il peut être évêque de la religion nouvelle. Le même Gaulois, qui est préfet impérial, écrit en pur latin de belles hymnes à la gloire du fils de Dieu qui est né juif et sujet d'Hérode, Voici déjà un Européen presque achevé. Un droit commun, un dieu commun; le même droit et le même dieu; un seul juge pour le temps, un seul Juge dans l'éternité.

    Mais, tandis que la conquête romaine n'avait saisi que l'homme politique et n'avait régi les esprits que dans leurs habitudes extérieures, la conquête chrétienne vise et atteint progressivement le profond de la conscience.

    Je ne veux même pas essayer de mesurer les modifications extraordinaires que la religion du Christ a imposées à cette conscience qu'il fallait rendre universelle. Je ne veux même pas tenter de vous exposer comment la formation de l'Européen en a été singulièrement influencée. Je suis contraint de ne me mouvoir qu'à la surface des choses, et d'ailleurs les effets du christianisme sont bien connus.

 

...........................................................................................................................

 

    Je vous rappelle seulement quelques-uns des caractères extraordinaires de son action; et d'abord il apporte une morale subjective, et surtout il impose l'unification de la morale. Cette nouvelle unité se juxtapose à l'unité juridique que le droit romain avait apportée; l'analyse, des deux côtés, tente à unifier les prescriptions.

    Allons plus avant.

    La nouvelle religion exige l'examen de soi-même. On peut dire qu'elle fait connaître aux hommes de l'Occident cette vie intérieure que les Indous pratiquent à leur manière depuis des siècles déjà; que les mystiques d'Alexandrie avaient aussi, à leur manière, reconnue, ressentie et approfondie.

    Le christianisme propose à l'esprit les problèmes les plus subtils, les plus importants et même les plus féconds. Qu'il s'agisse de la valeur des témoignages; de la critique des textes, des sources et des garanties de la connaissance ; qu'il s'agisse de la distinction de la raison ou de la foi,  de l'opposition qui se déclare entre elles, de l'antagonisme entre la foi et les actes et les oeuvres; qu'il s'agisse de la liberté, de la servitude, de la grâce; qu'il s'agisse des pouvoirs spirituel et matériel et de leur mutuel conflit, de l'égalité des hommes, des conditions des femmes, - que sais-je encore? - le christianisme éduque, excite, fait agir et réagir des millions d'esprits pendant une suite de siècles.

 

...........................................................................................................................

 

    Toutefois nous ne sommes pas encore des Européens accomplis. Il manque quelque chose à notre figure; il y manque cette merveilleuse modification à laquelle nous devons non point le sentiment de l'ordre public et le culte de la cité et de la justice temporelle; et non point la profondeur de nos âmes, l'idéalité absolue et le sens d'une éternelle justice; mais il nous manque cette action subtile et puissante à quoi nous devons le meilleur de notre intelligence, la finesse, la solidité de notre savoir,- comme nous lui devons la netteté, la pureté et la distinction de nos arts et de notre littérature; c'est de la Grèce que nous vinrent ces vertus.

    Il faut encore admirer à cette occasion le rôle de l'Empire romain. Il a conquis pour être conquis. Pénétré par la Grèce, pénétré par le christianisme, il leur a offert un champ immense, pacifié et organisé; il a préparé l'emplacement et modelé le moule dans lequel l'idée chrétienne et la pensée grecque devaient se couler et se combiner si curieusement entre elles.

    Ce que nous devons à la Grèce est peut-être ce qui nous a distingués le plus profondément du reste de l'humanité. Nous lui devons la discipline de l'Esprit, l'exemple extraordinaire de la perfection dans tous les ordres. Nous lui devons une méthode de penser qui tend à rapporter toutes choses à l'homme, à l'homme complet; l'homme devient à soi-même le système de référence  auquel toutes choses doivent enfin pouvoir s'appliquer. Il doit donc développer toutes les parties de son être et les maintenir dans une harmonie aussi claire, et même aussi apparente qu'il est possible. Il doit développer son corps et son esprit. Quant à l'esprit même, il se défendra de ses excès, de ses rêveries, de sa production vague et purement imaginaire, par une critique et une analyse minutieuses de ses jugements, par une division rationnelle de ses fonctions, par la régulation des formes.

    De cette discipline la science devait sortir. Notre science, c'est-à-dire le produit le plus caractéristique, la gloire la plus certaine et la plus personnelle de notre esprit. L'Europe est avant tout la créatrice de la science. Il y a eu des arts de tous pays, il n'y eut de véritables sciences que d'Europe.

   Sans doute, il existait, avant la Grèce, en Egypte et en Chaldée, une sorte de science dont certains résultats peuvent sembler encore remarquables; mais c'était une science impure qui se confondait tantôt avec la technique de quelque métier, qui comportait d'autres fois des préoccupations infiniment peu scientifiques. L'observation a toujours existé. Le raisonnement a toujours été employé. Mais ces éléments essentiels n'ont de prix et n'obtiennent de succès régulier que si d'autres facteurs ne viennent pas en vicier l'usage. Pour construire notre science il a fallu qu'un modèle relativement parfait lui fût proposé, qu'une première oeuvre lui fût offerte comme Idéal, qui présentât toutes les précisions, toutes les garanties, toutes les beautés, toutes les solidités, qui définit une fois pour toutes le concept même de science comme construction pure et séparée de tout souci autre que celui de l'édifice lui-même.

 

    La géométrie grecque a été ce modèle incorruptible, non seulement modèle proposé à toute connaissance qui vise à son état parfait, mais encore modèle incomparable des qualités les plus typiques de l'intellect européen. Je ne pense jamais à l'art classique que je ne prenne invinciblement pour exemple le monument de la géométrie grecque. La construction de ce monument a demandé les dons les plus rares et les plus ordinairement incompatibles. Les hommes qui l'ont bâti étaient de durs et pénétrants ouvriers, des penseurs profonds, mais des artistes d'une finesse et d'un sentiment exquis de la perfection.

    Songez à la subtilité et à la volonté qu'il leur a fallu pour accomplir l'ajustement si délicat, si improbable, du langage commun au raisonnement précis; songez aux analyses qu'ils ont faites d'opérations motrices et visuelles très composées; et comme ils ont bien réussi dans la correspondance nette de ces opérations avec les propriétés linguistiques et grammaticales, Ils se sont fiés à la parole et à ses combinaisons pour les conduire sûrement dans l'espace. Sans doute, cet espace est devenu une pluralité d'espaces; sans doute s'est-il singulièrement enrichi, et sans doute cette géométrie, qui semblait si rigoureuse jadis, a laissé voir bien des défauts dans son cristal. Nous l'avons examinée de si près que là où Grecs voyaient un axiome, nous en comptons une douzaine.

    À chacun de ces postulats qu'ils avaient introduits,  nous savons qu'on en peut substituer quelques autres, et obtenir une géométrie cohérente et parfois physiquement utilisable.

    Mais songez à la nouveauté que fut cette forme presque solennelle et qui est dans son dessin général si belle et si pure. Songez à cette magnifique division des moments de l'Esprit, à cet ordre merveilleux où chaque acte de la raison est nettement placé, nettement séparé des autres; cela fait penser à la structure des temples, machine statique dont les éléments sont tous visibles et dont tous déclarent leur fonction.

    L'oeil considère la charge, le soutien de la charge, les parties de la charge, le tas et ses moyens d'équilibre, l'œil divise et régit sans effort ces masses bien dressées dont la taille même et la vigueur sont appropriées à leur rôle et à leur volume. Ces colonnes, ces chapiteaux, ces architraves, ces entablements et leurs subdivisions, et les ornements qui s'en déduisent sans jamais déborder de leurs places et de leur appropriation, me font songer à ces membres de la science pure, comme les Grecs l'avaient conçue : définitions, axiomes, lemmes, théorèmes, corollaires, porismes, problèmes... c'est-à-dire la machine de l'esprit rendue visible, l'architecture même de l'intelligence entièrement dessinée, - le temple érigé à l'Espace par la Parole, mais un temple qui peut s'élever à l'infini.

 

...........................................................................................................................

 

    Telles m'apparaissent les trois conditions essentielles qui me semblent définir un véritable Européen, un homme en qui l'esprit européen peut habiter dans sa plénitude. Partout où les noms de César, de Gaius, de Trajan et de Virgile, partout où les noms de Moïse et de saint Paul, partout où les noms d'Aristote, de Platon et d'Euclide ont eu une signification et une autorité simultanées, là est l'Europe. Toute race et toute terre qui a été successivement romanisée, christianisée et soumise, quant à l'esprit, à la discipline des Grecs, est absolument européenne.

    On en trouve qui n'ont reçu qu'une ou deux de ces empreintes.

    Il y a donc quelque trait bien distinct de la race, de la langue même et de la nationalité, qui unit et assimile les pays de l'Occident et du centre de l'Europe. Le nombre des notions et des manières de penser qui leur sont communes, est bien plus grand que le nombre des notions que nous avons de communes avec un Arabe ou un Chinois,..

    En résumé, il existe une région du globe qui se distingue profondément de toutes les autres au point de vue humain. Dans l'ordre de la puissance, et dans l'ordre de la connaissance précise, l'Europe pèse encore aujourd'hui beaucoup plus que le reste du globe. Je me trompe, ce n'est pas l'Europe qui l'emporte, c'est l'Esprit européen dont l'Amérique est une création formidable.

   Partout où l'Esprit européen domine, on voit apparaître le maximum de besoins, le maximum de travail, le maximum de capital, le maximum de rendement, le maximum d'ambition, le maximum de puissance, le maximum de modification de la nature extérieure, le maximum de relations et d'échanges.

    Cet ensemble de maxima est Europe, ou image de l'Europe.

    D'autre part, les conditions de cette formation, et de cette inégalité étonnante, tiennent évidemment à la qualité des individus, à la qualité moyenne de l'Homo europœus. Il est remarquable que l'homme d'Europe n'est pas défini par la race, ni par la langue, ni par les coutumes, mais par les désirs et par l'amplitude de la volonté... Etc."

 

 La Crise de l'Esprit. 1919. La Pléiade.T1.

 

 

 

 

  

Partager :

Pin It! Share on Google+ Share on LinkedIn

6 Réponses à “Mais qui donc est Européen? Valéry. 1919.”

  1. Je vous ai découvert au hasard de mes quêtes valériennes !
    Je vous adresse un texte inspiré par U. Eco et « provoqué » par la querelle d’ Aristote au Mont Saint Michel qui m’a fort irrité ! Ce texte est sur mon site : Le percolateur heuristique :

    Genèse de la culture européenne

    Toute culture assimile des éléments de cultures voisines ou éloignées, mais elle se caractérise ensuite par la façon dont elle les assimile. il ne suffit pas de dire que nous devons le zéro aux Indiens ou aux Arabes si c’est en Europe que, par la suite, on a affirmé pour la première fois que la nature est écrite en caractères mathématiques. C’est que nous sommes en train d’oublier la civilisation gréco-romaine que l’Europe a assimilé tant sur le plan du droit que sur celui de la pensée philosophique. Même dans le domaine des croyances populaires, le Christianisme a englobé, souvent avec une grande désinvolture, des rites et des mythes païens et des formes de polythéisme qui survivent dans la religiosité populaire. Si le Moyen-Age chrétien ignorait en grande partie Platon, il connaissait le néoplatonisme, qui a grandement influencé les Pères de l’Eglise. On ne pourrait concevoir Augustin, le plus grand des penseurs chrétiens, sans l’assimilation de la lignée platonicienne. et comment imaginer une tradition chrétienne sans le monothéisme judaîque ? ! Texte établi à partir de notes de lectures d’Umberto Eco. On peut voir aussi sur ce sujet l’article « L’altération » sur le Percolateur.

  2. J’ai fait une erreur dans mon adresse courriel
    Correction faite ci- dessus.

  3. Simone MANON dit :

    Merci pour la restitution de ce propos de Eco confirmant les analyses de tant d’auteurs ayant le souci de penser le réel et non une abstraction conforme aux fantasmes de l’époque. Tout cela pour dire que ce qui est irritant, c’est surtout la tendance à s’irriter, si développée aujourd’hui dès lors qu’une thèse, pourtant étayée sérieusement, bouscule une certaine « bienpensance ».
    J’ai lu avec intérêt certains de vos textes.
    Bien à vous.

  4. shauna dit :

    Si la grece antique est un des fondements de la civilisation et de la culture européenne, il ne faut pas oublier qu’elle était (le grèce) au carrefour des grandes civilisations de l’époque, qui elles, ne rentrent pas dans dans norte patrimoine culturel.

  5. shauna dit :

    L’auteur ne m’a pas l’air très objectif, ici..On dirait plus un éloge de l’europe qu’une analyse complète. (non?)

  6. Simone MANON dit :

    Il me semble que pour vous permettre de juger de manière adéquate, il faudrait le faire en connaissance de cause. Et pour cela une culture immense est nécessaire qui est précisément celle d’un Umberto Eco ou d’un Valéry.
    Par ailleurs, l’Europe ne se définit pas par des traits identitaires précis et ce que vous appelez son patrimoine culturel a consisté à faire son miel des apports fondamentaux des cultures qui l’ont fécondée. L’Europe contient l’autre en son sein. Son identité est excentrée, elle est ouverte sur l’universel par nature car la liberté intellectuelle et morale qu’elle a promue implique le dépassement de la clôture ethnocentrique. C’est par là qu’elle a une insigne valeur et qu’elle est la condition transcendantale des critiques de tous ceux qui se complaisent dans un relativisme creux.

Laisser un commentaire