Flux pour
Articles
Commentaires

Islande-Karahnjukar-Chantier-BarrageTunnelier-1(1) 

Intoduction :

  La question est de savoir ce qu'il en est de la technique dans l'existence réelle des hommes. Il faut bien avouer que l'observation des faits invite au sens de l'ambiguïté.

 

   En effet les hommes s'émerveillent de leurs prouesses techniques. Ils savent bien qu'en l'absence d'outils, de machines, de savoir-faire efficaces, ils sont condamnés à subir la dure loi de la matière non domestiquée : famines, maladies, menaces de tous ordres. Ils n'ignorent pas que seule la compétence technicienne permet de résoudre les problèmes pratiques et de promouvoir des conditions d'existence moins dures où l'humanité peut se donner des fins propres à sa nature spirituelle. Les femmes par exemple savent qu'elles doivent leur libération aux instruments ménagers et les esclaves aux machines ayant rendu leurs forces de travail moins rentables.

 

  Mais parallèlement la mécanisation du travail, la substitution de la machine au geste humain et à l'outil a souvent déshumanisé le travail. Si dans la civilisation artisanale le travailleur était encore l'auteur d'une oeuvre (sens étymologique du mot ouvrier) qu'il produisait dans des opérations portant la marque de son habileté manuelle et à ce titre épanouissantes, ce n'est plus le cas dans la civilisation industrielle. Avec l'invention de machines capables, non seulement de suppléer la force humaine mais aussi le geste humain, avec la mécanisation et la rationalisation du processus de production l'ouvrier fait l'expérience de l'aliénation. Il se sent dépossédé de son humanité lorsque la machine le prive de son travail ou lorsqu'il est réduit dans l'atelier ou dans l'usine à n'être plus qu'un « appendice de la machine » (Marx). L'invention technique devient ici, comme l'a montré Charlie Chaplin dans « les temps modernes » facteur d'asservissement. Cette face sombre a toutefois un endroit plus glorieux. La technique permet de produire plus avec moins d'efforts humains et  le monde qu'elle invente fait surgir de nouveaux métiers requérant davantage de compétences de la part de ceux qui doivent manipuler les machines, les concevoir, les entretenir ou les réparer.

 

  Le citoyen de même assiste perplexe à la prolifération de certaines techniques dont l'apparition semble résulter d'un processus de développement autonome et anarchique. Nulle demande préalable ne préside à leur mise au point, nulle réflexion sur leurs fins n'en contrôle la dissémination.

  L'homme contemporain a ainsi le sentiment qu'il a perdu le contrôle de la sphère des moyens. Comme il l'avoue « on n'arrête pas le progrès » mais il lui arrive de douter qu'il s'agisse d'un progrès surtout lorsqu'il observe que ce processus exacerbe l'ingéniosité de certains (ingénieurs, concepteurs) au moment même où il l'altère pour le plus grand nombre. Désormais, les machines agglutinant infiniment plus d'intelligence que ceux qui les manipulent, ceux-ci sont dispensés du développement de leurs aptitudes. Bref l'homme contemporain se demande légitimement si le développement technique a encore un sens humaniste. Est-il bien au service des fins supérieures de l'humanité ? (La liberté universelle, la paix, la cité éthique....) N'est-il pas devenu à lui-même sa propre fin avec tous les effets pervers induits par le développement technique en particulier la pollution, la destruction des équilibres naturels etc.

 

  Et comment comprendre cette autonomisation de la technique ? Est-elle l'indice d'une subversion de l'essence de la technique comme le veut la conception humaniste qui voit dans la technique un moyen au service de fins dont la détermination relève de la seule compétence morale et politique ou bien est-elle l'expression éloquente de la véritable essence de la technique qui comme l'affirme Heidegger «  n'est rien de technique ». L'essence de la technique est métaphysique. Elle est une forme de dévoilement de l'Etre comme ce qui doit être exploité, dominé, arraisonné (c'est-à-dire mis à la raison). Si tel est le cas ce qui est au principe de la technique s'appelle la volonté de puissance.

 

  Alors, qu'est-ce que la technique ? En quel sens est-elle un instrument de libération et s'il lui arrive d'être un facteur de servitude qu'est-ce qui est en cause ? Est-ce l'essence de la technique ou son développement historique ? Est-ce la technique ou les usages qui en sont faits ?     

 

  NB : Pour le développement voir les cours précédents. 

 

 

Partager :

Pin It! Share on Google+ Share on LinkedIn

14 Réponses à “La technique est-elle un instrument de libération ou d'asservissement?”

  1. Alice Camus dit :

    « On n’arrête pas le progrès! » En effet, on peut douter que tout progrès en soit véritablement un…
    Après le traumatisme causé par la bombe atomique en 1945, les Historiens ont aussi ressenti ce malaise à l’idée de parler de « progrès technique ». Et c’est pour ça qu’ils l’ont remplacé par la notion « d’innovation technique ». Soulignant ainsi le fait que toute découverte technique n’engendre pas nécessairement un progrès pour l’humanité…

  2. florian ledoux dit :

    votre site est génial !!!
    bravo!!!!

  3. charles dargent dit :

    Très bien.

    Avez-vous aussi relu l’intro de françois Perroux aux Oeuvres complètes de Marx dans la Pleiade , sur ce sujet ?

    Avez-vous aussi réfléchi , à côté du thème « technique et production » au thème voisin « technique et consommation » ? Deux aspects de la même dialectique : progrès technique et aliénation.

  4. Simone MANON dit :

    Merci pour ces suggestions.

  5. Pierre Alarme dit :

    La technique n’est pas un instrument de libération ou d’asservissement.
    Tout se résume dans la capacité de l’homme à en faire bonne usage.
    Il est important de savoir ajuster le curseur pour ne pas avoir à tirer la sonnette d’alarme.
    Merci pour ce site.

  6. Simone MANON dit :

    Bonsoir
    Voyez l’article: « la technique est-elle une activité neutre? » pour découvrir que la question est moins simple que vous semblez le croire.
    Bien à vous.

  7. didier dit :

    Effectivement, penser que c’est simplement une affaire de bon usage postule que l’Homme domine la Technique.
    Je vous conseille la lecture du système technicien de J. Ellul pour approfondir votre réflexion Pierre.
    Je résume : la Technique est totalitaire, universelle, anti-démocratique, sans finalité ni objectifs moraux. La société la plus technicienne du XXème siècle fut l’Allemagne nazie.
    Le plus terrifiant, c’est qu’elle est aussi autonome ( de mon point de vue ), ce qui signifie que nous ne sommes qu’une variable d’ajustement.
    Le facteur déterminant des sociétés « modernes » n’est ni le politique, ni l’économique, mais la technique, avec sa pièce maîtresse : la gestion informatique automatisée ( de la finance mondiale par exemple) . Bonne lecture.

  8. Simone MANON dit :

    Bonjour Didier
    Ce n’est pas parce que la technique n’est pas une activité neutre qu’il faut en conclure qu’elle est « totalitaire, anti-démocratique, sans finalité ni objectifs moraux ».
    Ce dogmatisme est incompatible avec les requêtes de l’esprit philosophique et son exigence d’une analyse attentive à l’ambiguïté des choses.
    Bien à vous.

  9. Pauline dit :

    bonsoir,
    je suis un peu perdue, pour le développement où dois-je me référer ?
    Bone soirée

  10. Simone MANON dit :

    Bonjour
    Cet article n’est qu’une introduction.
    C’est à vous de construire le développement. Vous ne manquez pas d’articles sur la technique sur ce blog pour éclairer votre lanterne. Il suffit de vous donner la peine de les lire et de réfléchir par vous-même.
    Bon travail.

  11. […] Lecture Efficace. » La technique est-elle un instrument de libération ou d'asservissement? […]

  12. Michel dit :

    Bonjour Madame .
    Votre éloquence n’a d’égal que votre intelligence . Infiniment merci pour l’effort que vous fournissez a fin d’inviter les gens a méditer .
    J’ai une idée vague concernant  » l’idée de progrès  » telle qu’elle a été pensée par les lumières ( plus particulièrement les encyclopédistes ) . pourriez vous me donner quelques références a fin de m’éclairer la dessus ?
    Merci

  13. Simone MANON dit :

    Bonjour
    Pour éclairer votre lanterne, vous pouvez lire avec intérêt : Jean D’Alembert, Discours préliminaire de l’Encyclopédie, Paris, Vrin, coll. « Textes et Commentaires »,‎ introduit et annoté par Michel Malherbe.
    Bien à vous.

Laisser un commentaire