Flux pour
Articles
Commentaires

 

   « La philosophie n’est véritablement qu’une occupation pour l’adulte, il n’est pas étonnant que des difficultés se présentent lorsqu’on veut la conformer à l’aptitude moins exercée de la jeunesse. L’étudiant qui sort de l’enseignement scolaire était habitué à apprendre. Il pense maintenant qu’il va apprendre la Philosophie, ce qui est pourtant impossible car il doit désormais apprendre à philosopher. Je vais m’expliquer plus clairement : toutes les sciences qu’on peut apprendre au sens propre peuvent être ramenées à deux genres : les sciences historiques et mathématiques. Aux premières appartiennent, en dehors de l’histoire proprement dite, la description de la nature, la philologie, le droit positif, etc. Or dans tout ce qui est historique l’expérience personnelle ou le témoignage étranger, – et dans ce qui est mathématique, l’évidence des concepts et la nécessité de la démonstration, constituent quelque chose de donné en fait et qui par conséquent est une possession et n’a pour ainsi dire  qu’à être assimilé: il est donc possible dans l’un et l’autre cas d’apprendre,  c’est-à-dire d’imprimer soit dans la mémoire, soit dans l’entendement, ce qui   peut nous être exposé comme une discipline déjà achevée.

  Ainsi pour pouvoir apprendre aussi la Philosophie, il faudrait d’abord qu’il en existât réellement  une. On devrait pouvoir présenter un livre, et dire : « Voyez, voici de la science et des connaissances assurées ; apprenez à le comprendre et à le retenir, bâtissez ensuite là-dessus, et vous serez philosophes » : jusqu’à ce qu’on me montre un tel livre de Philosophie, sur lequel je puisse m’appuyer à peu près comme sur Polybe, pour exposer un événement de l’histoire, ou sur Euclide pour expliquer une proposition de Géométrie, qu’il me soit permis de dire qu’on abuse de la confiance du public lorsque, au lieu d’étendre l’aptitude intellectuelle de la jeunesse qui nous est confiée, et de la former en vue d’une connaissance personnelle future, dans sa maturité, on la dupe avec une Philosophie prétendument déjà achevée, qui a été imaginée pour elle par d’autres, et dont découle une illusion de science, qui ne vaut comme bon argent qu’en un certain lieu et  parmi certaines gens, mais est partout ailleurs démonétisée. La méthode spécifique de l’enseignement en Philosophie est zététique, comme la nommaient quelques Anciens (du grec Zêtêsis recherche), c’est-à-dire qu’elle est une méthode de recherche, et ce ne peut être que dans une raison déjà exercée qu’elle devient en certains domaines dogmatique, c’est-à-dire dérisoire ».

 Kant, Annonce du programme des leçons de M. E. Kant durant le semestre d’hiver  (1765-1766), traduction de M. Fichant, Éd. Vrin, 1973, pp. 68-69.

 

Thèses

 

  •   "La philosophie n'est véritablement qu'une occupation pour adulte" Cette affirmation pleine de vérité permet de juger la pertinence du jugement de tous ceux qui militent pour introduire l'initiation philosophique en sixième et pour certains à l'école élémentaire! Pour penser il faut en effet avoir développé ses capacités d'analyse, de raisonnement, de jugement, ce qui suppose des apprentissages. La dure école des mathématiques, l'étude de la littérature, des langues, de l'histoire, des sciences, la confrontation aux difficultés pratiques de l'existence sont à cet égard des éléments fondamentaux de la culture de l'esprit nécessaire à l'activité philosophique. Pour penser il faut aussi une matière à réfléchir car la philosophie est une pensée de second degré. On ne peut pas réfléchir le phénomène religieux si on n'en a aucune expérience, les sciences si on ignore en quoi elle consiste, telle réalité politique si on n'a aucune idée de la nature des différentes organisations humaines dans le temps et dans l'espace, etc.
  • A la différence des sciences historiques (vérités de fait: travail de mémorisation) et mathématiques (vérités rationnelles: travail d'intellection), la philosophie n'est pas un savoir positif. Il est possible d'apprendre les contenus d'un savoir positif mais la philosophie comme savoir positif n'existe pas.
  • La méthode de l'enseignement philosophique est une méthode de recherche. Elle consiste à mettre en œuvre les capacités d'étonnement, de doute, de réflexion des énoncés soumis à l'analyse afin de distinguer le vrai du faux.

 

Pour développer ces thèses:

 

Cf. http://www.philolog.fr/hegel-philosophie-et-apprentissage/#more-4445

 

Cf. http://www.philolog.fr/pourquoi-philosopher/

Partager :

Pin It! Share on Google+ Share on LinkedIn

10 Réponses à “Il n’y a pas de philosophie que l’on puisse apprendre, on ne peut qu’apprendre à philosopher. Kant.”

  1. Souaïbou Baba dit :

    bonjour chère madame ! j’apprécie vraiment votre initiative et j’aimerais, si vous le voulez bien, que vous rédigez un texte sur le wittgensteinisme. merci d’avance ! bonne fin de journée !

  2. chère Madame
    parler n’est pas agir .. interpellé par votre thème, puis ingénieur intéressé par la philosophie j’ai tenté de modéliser votre réflexion et serais heureux d’entendre votre commentaire. Puis-je vous l’envoyer?
    Merci, chère Madame de votre réponse et meilleures salutations
    TE

  3. Simone MANON dit :

    Réponse à Souaïbou Baba
    Bonjour
    Je suis désolée mais je ne travaille pas à la commande et suis étonnée que vous n’ayez pas conscience de l’indécence de votre requête.
    Bien à vous.

  4. Simone MANON dit :

    Réponse à Engel Théophile.
    Vous pouvez envoyer sur ce blog.
    Je vous répondrai en privé.
    PS: Si, dans certains cas, parler c’est agir. http://www.philolog.fr/parler-est-ce-le-contraire-dagir/
    Bien à vous.

  5. Bonjour!
    je suis très fier de cette démonstration de la thèse kantienne; car beau nombre de personnes pensent que la philosophie se construit comme les autres sciences qui ont des objets spécifiques et qui traitent de sujets selon ces objets. Or il faut bien noter que la philosophie est une science qui cherche le pourquoi des choses et non le comment des choses. La philosophie comme le dit Hegel, elle est la fille de son temps parce qu’elle part d’une situation particulière pour en faire son analyse, sa réflexion et sa critique de manière générale afin d’ouvrir une issue de solutions large à un problème. Aussi, la philosophie est diverse dans sa définition dans sa saisie par celles et ceux qui tentent de l’appréhender. Une question: la philosophie est-elle en droit de la possession de la connaissance totale?

  6. Simone MANON dit :

    Bonjour
    Il serait bon de comprendre que la philosophie n’est pas une science et que penser n’est pas connaître. A partir de là vous découvrirez combien votre question n’a pas de pertinence.
    http://www.philolog.fr/science-et-philosophie/
    Cf. http://www.philolog.fr/hannah-arendt-le-besoin-de-penser-nest-pas-lappetit-de-savoir/
    Bien à vous.

  7. Frédéric dit :

    Bonjour Madame Manon,
    Merci pour vos textes et analyses. Je me permets de vous poser une question que j’espère pertinente: faut-il être philosophe pour être professeur de philosophie ? au regard de ce que j’ai pu comprendre oui ne pourrait être que la seule réponse.

    Je vous remercie,

    bien cordialement

  8. Simone MANON dit :

    Bonjour Frédéric
    J’ai connu de nombreux professeurs de philosophie qui se piquaient peut-être d’être des philosophes mais qui ne l’étaient guère à mes yeux. Car si l’on entend par là un amoureux de la sagesse, un être réfléchi peu enclin à épouser l’une ou l’autre des passions collectives de l’époque, soucieux de la mesure et de la réserve socratique, fidèle aux seules exigences d’une transcendance qui est celle de la raison, il y a peu de philosophes au m2.
    On peut donc être un professeur de philosophie et être un idéologue, un militant des idées les plus folles. « Le siècle des intellectuels » de Michel Winock ou les interventions dans les médias de ceux qui se proclament philosophes aujourd’hui donnent la mesure de cette perversion.
    Bien à vous.

  9. faty sall dit :

    Bonsoir ma chere simone, je vous suis avec beaucoup d attention et les discussions.
    Je souhaiterais vous invite au senegal, notamment a ndouloumadji ou j enseigne la philosophie ,
    Depuis 2011, C est dans la region de matam. Merci d avance

  10. Simone MANON dit :

    Bonjour chère collègue
    C’est une bien aimable proposition que vous me faites. Je vous réponds: pourquoi pas? Nous en reparlerons.
    Merci d’avance.
    Bien à vous.

Laisser un commentaire