Flux pour
Articles
Commentaires

Chaim Soutine. 1893.1943. Nature morte à la lampe. 1914.1915.

  *

 Introduction :

  Dénier c'est refuser de reconnaître ce qui fait d'abord l'objet d'une affirmation. Il en est bien ainsi de la responsabilité humaine. Son principe est communément admis. Elle définit une capacité morale, une obligation et un état juridiquement institué. Or cette présomption de responsabilité est-elle légitime ? Sur quoi se fonde-t-elle ? N'est-il pas possible d'en ébranler les assises ? Par exemple, si l'on admet avec Freud que « le moi n'est pas maître dans sa propre maison », que la souveraineté de la conscience est une illusion, y a-t-il sens à demander à un sujet de répondre de ses actes ? (Thèse : le freudisme ébranle en profondeur les fondements de la responsabilité).

   Pourtant (renversement dialectique) si le freudisme peut fonctionner pour certains comme l'alibi de l'irresponsabilité, Freud met clairement les choses au point. « Irresponsable, comme chacun sait, n'est pas une définition de la psychologie des profondeurs » écrit-il dans une lettre à Jung du 29.02.1912. Comment peut-il donc concilier l'hypothèse d'un inconscient psychique, celle d'un déterminisme inconscient et l'idée que l'homme est responsable ? (Antithèse : la solution freudienne du problème). 

 

 Néanmoins (dépassement) suffit-il, comme le fait Freud, de fonder la responsabilité extérieurement au sujet pour résoudre le problème de manière satisfaisante? Il nous semble que la responsabilité sociale n'est légitimable qu'autant qu'elle se fonde dans la responsabilité morale et que renoncer à cette dernière revient à renoncer à notre humanité. Comment donc peut-on à la fois admettre la non transparence de la conscience à elle-même, l'existence de déterminismes et néanmoins affirmer que cela ne délivre pas le sujet de la charge d'être responsable ?
 
 
 
I)                   (Thèse) Le freudisme sape les fondements traditionnels de la responsabilité.
 
 
A)    Les fondements classiques de la responsabilité.
 
  Le Littré donne cette définition de la responsabilité : « Obligation de répondre, d'être garant de certains actes ». Le dictionnaire s'en tient à l'étymologie. Dans responsable il y a réponse. On répond à une demande. La responsabilité met en scène l'auteur d'une action et une instance devant laquelle il a à se justifier en fonction de certaines normes. Cette instance peut être la société, son for intérieur ou Dieu pour le croyant.
 
  La responsabilité sociale se présente sous deux formes. La responsabilité civile : tout individu est tenu de réparer les torts qu'il a causés à autrui soit directement, soit indirectement (Cf. Les articles 1382 et 1383 du Code civil) et la responsabilité pénale : l'auteur d'un crime ou d'un délit doit répondre de la violation de la loi devant l'autorité judiciaire, habilitée à lui infliger la peine prévue par la loi. Pour être établie, la responsabilité pénale requiert la prise en considération de la matérialité de l'acte et de la personnalité du sujet. Il s'agit de déterminer s'il est effectivement responsable. Ce qui signifie que la responsabilité sociale se fonde dans la responsabilité morale. Un sujet est déclaré moralement responsable lorsque qu'il n'est pas en état de démence et lorsqu'il n'a pas agi sous l'effet d'une contrainte. 

 

  Le dément est la personne privée de l'usage normal de son esprit. Il n'a pas la disposition de sa conscience au sens où l'on entend par là  la faculté permettant à un sujet d'être présent à lui-même et à ce qu'il fait, de discerner le bien du mal, le permis de l'interdit, de prévoir les conséquences de ses actes. Seul un acte accompli consciemment est imputable à son auteur.

 

  L'être soumis à une contrainte, par exemple ayant un pistolet sur la tempe, n'est pas un sujet libre.  Il n'agit pas volontairement. Seul un acte accompli volontairement, c'est-à-dire un acte qui aurait pu ne pas être commis, est imputable à son auteur. (NB: Certes, celui qui fait quelque chose sous la menace d'un pistolet pourrait, s'il acceptait de mourir, ne pas le faire. Mais le droit ne demande pas aux hommes d'être des héros).

 

 La conscience et la liberté sont donc, les deux  fondements de la responsabilité. La question est de savoir si l'hypothèse de l'inconscient psychique n'est pas de nature à les invalider.
 
 
B)    Le freudisme sape ces deux fondements.
 
1)      Dissipation d'une confusion.
 
   Soulignons d'emblée que parler d'un inconscient psychique c'est autre chose que parler de l'inconscience. Etre inconscient au sens de l'inconscience c'est soit être privé de conscience (le coma, l'évanouissement) soit, la conscience étant donnée, ne pas exercer cette faculté en se conduisant de manière irréfléchie. Ce qui n'est jamais un motif d'excuse. L'irréflexion n'innocente pas, elle accable. La maladresse, l'imprudence, l'inattention ou la négligence, si elles sont source de délits, sont passibles de sanctions.
 
 2)  A quoi renvoie le concept d'inconscient ?

 

   Freud entend par là une dimension du psychisme, hétérogène à la conscience, inconnue d'elle, mais dont il n'hésite pas à affirmer qu' « elle est le psychique lui-même et son essentielle réalité ». Il s'ensuit que la conscience n'a aucune souveraineté. Elle n'est pas, comme l'analyse la tradition, une instance autonome c'est-à-dire une capacité de signifier, de juger, susceptible de s'exercer selon ses lois propres (la cohérence, la lucidité, l'honnêteté intellectuelle, par exemple). Avec Freud la conscience est récusée dans sa prétention à la souveraineté. Elle n'est qu'un effet de surface, un épiphénomène aux ordres de trois maîtres : le ça, le monde extérieur et le surmoi. Son hétéronomie est radicale. Dès lors si la capacité de se représenter, de signifier, d'évaluer d'un sujet renvoie en deçà de sa conscience à ce qui l'investit à son insu, y a-t-il sens et cohérence à fonder son acte dans sa conscience et à lui demander sur ce présupposé d'en répondre ? Parce qu'avec Freud, la conscience est vidée de ses prérogatives traditionnelles, parce que le sujet n'est pas, ce qu'imaginairement il croit être (Cf. les formules : « ça pense » « ça agit » « ça veut »), il est problématique de lui imputer la responsabilité de son acte. En ôtant toute consistance à la conscience, Freud ôte toute légitimité à la responsabilité morale.

 

  Il en sape aussi le second fondement à savoir la liberté. L'homme libre est l'être qu'on peut instituer auteur de son acte car liberté signifie capacité de s'autodéterminer, d'initier un acte, de commencer avec lui une série de conséquences. Un tel présupposé n'a aucun sens dans le freudisme. Comme tout homme de science, Freud a la conviction que le déterminisme ne peut être limité au seul champ de la matière. « En brisant le déterminisme universel, même en un seul point, on bouleverse toute la conception scientifique du monde » écrit-il. Introduction à la psychanalyse. Or le déterminisme dans les rets duquel il vient inscrire notre activité psychique n'est pas anodin. C'est un déterminisme inconscient sur lequel, par définition la conscience n'a pas prise, puisqu'on ne peut se rendre maître de ce dont on n'a pas conscience. Si donc tous nos actes sont l'effet nécessaire de processus jouant en nous sans nous, il est indécent de nous juger responsables moralement. Nous ne le sommes pas davantage de nos actes admirables (expliqués par le mécanisme de la sublimation) que de nos actes abjects (expliqués comme échec du refoulement, régression du moi vers le ça etc.). Si les violeurs, les bourreaux d'enfants, les grands criminels sont déterminés par des compulsions de répétition, par des forces inconscientes plus fortes que les forces inhibantes, décrites elles aussi par Freud en terme mécanique, ne sommes-nous pas inconséquents de leur demander de reconnaître comme leurs, des actes qu'ils n'avaient pas la liberté de ne pas commettre ?
 
 Transition : Au terme de cette première analyse il semble qu'il faille conclure à l'irresponsabilité de principe de l'être humain. Or s'il est vrai qu'il est scandaleux de déclarer responsable un aliéné mental, il est non moins scandaleux d'universaliser le principe de l'aliénation mentale. La normalité psychique et la revendication de la majorité juridique exigent de redonner ses droits à la responsabilité. Le législateur l'a découvert en 1978 lors de la publication de l'avant projet définitif du nouveau Code pénal. En rayant de son vocabulaire la notion de responsabilité et celle de peine il a suscité une large réaction d'hostilité et a dû se résoudre à les réintroduire. La question est de savoir au nom de quoi on peut continuer à affirmer le principe de la responsabilité.
 
 
II)                (Antithèse) La nécessité de la responsabilité sociale.
 
   En terme freudien on peut répondre qu'admettre un inconscient ne revient pas à démettre la conscience. Hétéronome ou pas, transparente ou non à elle-même, la conscience est une dimension de l'appareil psychique et le principe de réalité est tout aussi réel que le principe du plaisir. Or le réel c'est le fait social avec la distinction du permis et de l'interdit. A moins d'être en situation de démence, tout individu sait qu'il est tenu responsable de ses actes par le droit positif, qu'il aura à répondre de la violation de la loi devant une instance compétente. Freud ne dénie en aucun cas le principe de la responsabilité sociale, au contraire, supprimer cette demande d'avoir à répondre de sa conduite est irresponsable à ses yeux. Cela revient à renoncer à socialiser et à humaniser les hommes en faisant le jeu de la souveraineté du ça. Car peu importe ce qui détermine souterrainement les individus. Ce n'est pas de cela qu'on leur demande de répondre. On leur demande de répondre de leurs conduites délictueuses et la conscience de leurs actes et de la loi suffit pour qu'ils aient à rendre des comptes s'ils la transgressent. La finalité des lois consiste à préserver les hommes de la menace qu'ils représentent les uns pour les autres. Leur fonction est pragmatique. Le législateur s'en tient là et on a souvent l'impression que Freud aussi. Comme il y a les exigences du ça, il y a les exigences de la vie sociale. Dans la mesure où il introduit un désordre dans la société, le délinquant doit savoir qu'il n'y est pas autorisé, la menace de la sanction devant être suffisamment forte pour contenir les comportements asociaux. La responsabilité est ici fondée extérieurement au sujet dans les nécessités de la vie sociale. Sa fonction est utilitaire. Elle est un instrument de socialisation et cela suffit à la légitimer.

 

   Pourtant il arrive souvent à Freud de rompre avec cet utilitarisme pour renouer avec les analyses des grands moralistes. Par exemple lorsqu'il écrit : « Le moi doit déloger le ça. C'est là une tâche qui incombe à la civilisation tout comme l'assèchement du Zuiderzee »  il formule un impératif moral. Un impératif nous faisant obligation de nous conquérir contre tout ce qui peut entraver un rapport clair du sujet à lui-même. Pourquoi formuler un impératif moral si l'on n'envisage pas l'homme comme disposant d'une capacité morale ? Pourquoi cet appel au sujet si ce n'est pour promouvoir les conditions d'une responsabilité accrue ? Et pourquoi cette référence à la civilisation si ce n'est pour souligner que c'est par la responsabilité que l'homme accède à son humanité ? On appelle en effet civilisation l'ensemble des oeuvres par lesquelles l'homme s'éloigne de son état sauvage et développe ses ressources en humanité. On ne naît pas homme, on le devient. L'humanité en nous et hors de nous est une institution. Or l'homme est institué par l'autre, par tous ceux (parents, maîtres, autorités) qui lui demandent d'advenir dans la prérogative lui conférant sa dignité. Cette prérogative est la responsabilité. Comment peut-on donc maintenir cette demande alors même que personne ne nie la non transparence du sujet à lui-même et l'existence de déterminismes ?
 
 
III)             (Dépassement) La responsabilité est comme la liberté qui la fonde « un postulat de la raison pratique » ; La thèse kantienne.
 
 
   Il faut pour cela marquer l'écart entre une perspective scientifique et une perspective juridique et morale. Le savant étudie ce qui est, le législateur et le moraliste définissent ce qui doit être. Le savant ne trouvera jamais dans le réel la responsabilité car celle-ci n'est pas une donnée empirique, elle est ce que l'on postule pour qu'un ordre juridique et moral soit possible. Et ce qu'il y a d'étonnant dans cette postulation, c'est qu'elle produit les effets escomptés, elle rend effectivement responsable celui qui, à chaque instant se sent mis en demeure d'avoir à répondre de ses actes. Notre humanité se recueille dans cette étrangeté.

 

   Il faut donc comprendre avec Kant que l'imputabilité repose sur un postulat de la raison qui donne ses règles à l'action. « On suppose », « on fait comme si », l'homme pouvait s'instituer cause première de son acte parce qu'il le doit. On ne méconnaît pas qu'en tant qu'être sensible il est régi par les lois naturelles, mais il n'est pas qu'un être sensible. Il est aussi un être de raison, capable de se représenter la loi morale et parce que celle-ci lui fait obligation de soumettre sa conduite à ses exigences, on postule qu'il le peut. On n'ignore pas que phénoménalement son acte peut être expliqué comme l'effet nécessaire de causes antécédentes mais on suspend cette logique déterministe parce que l'ordre juridique et éthique dans lequel se déploie l'existence humaine l'exige. Le principe de la responsabilité fondé sur le présupposé de liberté et de conscience met donc en jeu un parti pris métaphysique et moral. L'homme n'est pas une simple chose ou un animal. Il a une dimension métaphysique. Il doit se rendre indépendant de ce qui le détermine pour s'autodéterminer rationnellement. De cela il est entièrement responsable car puisqu'il le doit, on suppose qu'il le peut. C'est par là qu'il est une personne c'est-à-dire un être ayant une dignité appelant le respect.

 

  Tout le discours traditionnel sur l'éminente dignité de la personne humaine procède de ce choix éthique. Lorsque Descartes fait du libre arbitre un pouvoir propre à l'être pensant, lorsque Sartre dit  « conscience et liberté sont une seule et même chose », ils énoncent l'un et l'autre des convictions métaphysiques. Récuser ces convictions au nom d'une conception naturalisante et déterministe du sujet revient à faire injure à la personne humaine. Voilà pourquoi un homme digne de ce nom n'accepte pas d'être déclaré irresponsable. Le philosophe Louis Althusser, meurtrier de sa femme en 1980, déclaré irresponsable, nous a renseignés sur ce que signifie une telle décision. Il parle de « la pierre tombale du non lieu, du silence et de la mort publique ». Au fond retirer la responsabilité à un homme revient à le destituer de son humanité.
 
Conclusion :
 
   Sauf cas pathologiques patents, la non imputabilité est aussi peu assurée d'elle-même que l'imputabilité. L'une et l'autre peuvent être soupçonnées de mettre en jeu une dénégation :
  • Dénégation par la conscience généreuse (au sens cartésien) de ce qui peut investir la conscience et la récuser dans sa prétention à la souveraineté et à la responsabilité. Comment ne pas voir qu'une conscience peut être si profondément aliénée qu'il est monstrueux de lui supposer une capacité qu'elle n'a manifestement pas ? A moins que, comme le soupçonnait Nietzsche, et il n'est plus du tout question de générosité, on ait inventé la liberté et la responsabilité pour avoir le plaisir cruel de punir.
  • Dénégation par la conscience indigne, du pouvoir qui lui appartient, d'assumer sa conduite et d'en répondre. Il est tellement tentant de se défausser de sa responsabilité et de faire fonctionner l'hypothèse freudienne comme l'alibi idéal. C'est pourquoi Alain et Sartre refusent le freudisme.
 
 Le juge, puisque seul un juge peut déclarer un homme irresponsable, exerce son beau métier au cœur de cette ambiguïté. D'où l'immense responsabilité qui lui incombe. S'il ne doit pas accabler la conscience dépossédée de son propre pouvoir, il ne doit pas faire injure à l'humanité de l'homme en le destituant inconsidérément de la prérogative lui conférant sa dignité.
 

 

Partager :

Pin It! Share on Google+ Share on LinkedIn

10 Réponses à “Admettre l’hypothèse d’un inconscient psychique est-ce dénier à l’homme toute responsabilité?”

  1. julie dit :

    Votre site m’a beaucoup interessé !
    D’après vous, quelles idées puis je developpée sur le sujet suivant: l’hypothèse remet-elle en cause la liberté du sujet ?

    merci pour toutes les suggestions que vous pourrez m’apporter

  2. Simone MANON dit :

    Ce site n’est pas destiné à dispenser les élèves de réfléchir par eux-mêmes. Vous avez tout ce qu’il faut pour traiter la question de manière pertinente. Il suffit de vous en donner la peine.

  3. Milan Caroline dit :

    Bonjour,
    Je suis professeur de philosophie.
    En dépit de vos protestations, permettez-moi de vous dire que votre site dispense de facto les élèves de réfléchir par eux-mêmes. Du prêt-à-penser gratuit, des plans de dissertation tout « cuits », quelle aubaine pour des élèves de terminale qui ne pensent plus guère que par copier-coller ! Combien de copies remises avec un 0/20 et avec pour seule appréciation un renvoi à l’adresse de votre site !
    Cordialement,
    C. MILAN

  4. Simone MANON dit :

    L’expérience que vous faîtes a été la mienne et c’est précisément (aussi) pour cela que j’ai ouvert ce blog.
    Les professeurs sont ainsi en situation d’éviter les sujets académiques dans les devoirs à la maison car il est désormais clair pour tout le monde que les élèves peuvent toujours trouver sur la toile un sujet tout fait. Il leur suffit de débourser quelques pièces, ni vu, ni connu. Au moins avec philolog, c’est gratuit et ils ne peuvent tromper leur correcteur puisque le contenu est indexé en première page de google.
    Tout cela pour dire qu’il serait temps que l’éducation nationale ne juge la compétence des élèves que dans les devoirs en classe et encore en les privant de leur téléphone portable.
    Par ailleurs l’expérience du zéro a une fonction pédagogique. Tout ce que l’on a appris, on l’a appris dans des bibliothèques mais il y a bien un moment où il faut prendre conscience qu’il ne suffit pas de faire du copier-coller pour conquérir une compétence. Expérience salutaire et pas fondamentalement différente de celle des étudiants d’hier même si les bibliothèques ont été remplacées par la toile.
    Cela dit, je comprends votre colère. Avant d’être convaincue qu’il fallait prendre acte des nouvelles réalités médiatiques (nécessité oblige) afin d’en contourner les effets pervers, j’ai moi aussi été très en colère.
    Avec mes meilleurs sentiments.

  5. BADAROU moubarakou dit :

    La réflexion est célébrée dans ce qu’elle a de plus noble, elle chemine avec la raison et nous fait découvrir à travers vos différents textes ce qui sommeille en chacun de nous et qui ne nous enlève aucunement la responsabilité des actes que nous posons. c’est un travail d’une grande valeur intellectuelle que vous faites aussi bien pour les jeunes que pour les plus âgés. Bon vent

  6. Simone MANON dit :

    Merci pour ce sympathique message.
    Bien à vous.

  7. Prof dit :

    Madame,

    Sous l’effet de la colère, j’ai posté il y a quelques jours un commentaire dont je vous prie de bien vouloir m’excuser. Vous ne l’avez pas publié et vous avez bien fait. Il était non seulement discourtois mais injuste. Votre blog est de qualité, et je l’avais d’ailleurs recommandé à mes élèves pour les raisons que vous indiquez dans votre réponse à Caroline Milan. Cependant, je leur avais parlé de la partie « cours » de PhiloLog, non des corrigés dont je continue à penser qu’ils ne faut pas les publier. Il y a quelques années, j’ai moi-même commis l’erreur de mettre en ligne un commentaire de St Augustin et, bien que ses dimensions excèdent celles d’une composition de classe terminale, je constate régulièrement des pics de fréquentation qui correspondent très probablement à quelque devoir donné par l’un de nous. La force d’attraction de la chose publiée, a fortiori sous notre autorité, et la puissance du mimétisme juvénile sont telles que, vous le savez bien, en dépit de toutes nos mises en garde, les gamins, même les meilleurs élèves, se ruent sur ces corrigés pour les reproduire bêtement. Mais je n’y reviens pas, et je vous prie encore de recevoir mes sincères excuses. Cordialement

  8. Simone MANON dit :

    Bonjour
    Faute reconnue, faute pardonnée.
    Je n’ai pas publié votre commentaire par égard pour l’image du professeur. Votre message était effectivement impoli et votre critique non philosophiquement fondée.
    Pour ce qui est de la publication de corrigés, votre position se justifie mais enfin vous savez bien que pour les sujets académiques il vaut mieux couper l’herbe sous les pieds des épiciers de la discipline. Et surtout il est urgent de cesser de noter les élèves sur les devoirs qui ne sont pas rédigés en classe.
    Bien à vous.

  9. pastor dit :

    Dommage qu’ une intelligence de votre envergure donne a « ingérer » des certitudes. Dans vos écrits je ne trouve pas l’ inspiration à penser librement par ce que j’ élabore de par mes efforts de penser.

  10. Simone MANON dit :

    Bonjour
    Il est assez amusant de constater que d’aucuns peuvent voir des certitudes dans des analyses qui s’achèvent par ce constat: « la non imputabilité est aussi peu assurée d’elle-même que l’imputabilité »!
    Quoi qu’il en soit il faut de toute urgence vous dispenser de fréquenter mon site car rien n’est plus important que de se protéger du virus dogmatique!
    Bien à vous.

Laisser un commentaire